EN: Savoir gagner à l’extérieur

0
108

Mission accomplie pour les Verts qui ont empoché, ce lundi, leur billet pour la prochaine phase finale de la CAN prévue au début de l’année 2022 au Cameroun. Simple formalité diront certains, eu égard à la faible opposition à laquelle était confrontée la bande de Djamel Belmadi dans son groupe.

Il fallait néanmoins tenir son rang, ce que Riyad Mahrez et ses camarades ont réussi à faire avec aisance et sans trop tirer la bourre. Il faudra à présent assurer la première place lors des dernières journées des éliminatoires qui serviront probablement aussi à une large revue d’effectif, même si le coach a déclaré qu’il ne compte pas appeler de nouveaux joueurs. N’empêche certains remplaçants auront une bonne opportunité pour s’affirmer et prétendre à un meilleur statut. «Je vais donner plus de temps de jeu à certains joueurs à l’image de Benrahma, Ounas, Zerkane, Boulaya, et Belkabla. D’ici là, il y aura peut-être le retour de Boudaoui et Belaïli que je vais remettre dans le wagon. Au même temps, nous sommes en train de suivre des joueurs évoluant au Portugal, aux Pays-Bas dans la perspective de renforcer l’effectif», dira-t-il à ce propos. La qualification «précoce» des Verts soulage le staff technique et lui offre en effet une grande marge de manœuvre en prévision des prochaines échéances plus importantes, notamment les éliminatoires pour la Coupe du monde.   «Cela faisait longtemps que l’Algérie ne s’est pas qualifiée à une CAN avant deux journées de la fin des qualifications. Nous n’allons pas faire la fine bouche. Notre bilan est positif», a estimé le sélectionneur national qui regrette toutefois les deux points perdus face au Zimbabwe, ce lundi.  «J’aurai aimé revenir avec la victoire, on aurait pu le faire. J’aime cette idée d’aller à l’extérieur et de revenir avec les trois points. Nous avons bien entamé le match, en menant 2-0. Mais le premier but concédé juste avant la pause nous a fait mal. Cela a permis à notre adversaire de revenir dans le match», ajoute-t-il.  Si le «bilan est positif», tout n’a pas été parfait pour autant. Loin s’en faut. Le coach étant le premier à le reconnaître.  Il avoue ne pas être «pleinement satisfait» de sa troupe. Il est vrai que le nul concédé au Zimbabwe laisse un gout amer, surtout que les Verts ont mené par deux buts à zéro et semblaient contrôler totalement la rencontre avant de se faire remonter au score un peu à la surprise générale. En deuxième période, on a senti un certain relâchement chez les joueurs, est-ce à cause de la fatigue, ou bien c’est dû à un manque de motivation et de concentration ? C’est la fausse note que l’on pourrait reprocher à l’équipe, car il faut le reconnaître, elle n’a pas fourni beaucoup d’efforts en attaque après la pause, se contenant de gérer sa petite avance au score. Une tactique infructueuse, puisque les Verts ont été logiquement rejoints à la marque à la fin de la rencontre. L’on espère que cette petite déconvenue leur servira de leçon à l’avenir, surtout lors des matches qualificatifs au Mondial qatari. «Nous sommes appelés à effectuer trois déplacements respectivement au Burkina Faso, au Djibouti, et au Niger. Ces matchs seront très difficiles, délicats, et compliqués. Du moment qu’on a la possibilité de jouer des rencontres en déplacement, il faut essayer d’en profiter pour progresser encore plus», estime Djamel Belmadi. Justement, le prochain défi du coach est d’inculquer à ses poulains la culture de la gagne en dehors de leur base, notamment chez l’adversaire.

Ali Nezlioui