EN: Un stage et des satisfactions

0
186

Pendant longtemps, on a cru que le stage de l’équipe nationale en ce mois d’octobre, était compromis à cause essentiellement des atermoiements de la Fédération. Finalement, il fut une totale réussite, il faut l’avouer, ponctués par deux matches amicaux de bonne facture face respectivement au Nigeria et le Mexique.

Le coach national a eu ce qu’il voulait. Tout s’est bien déroulé que ce soit en Autriche ou aux Pays-Bas, surtout qu’en ces temps de pandémie aucun élément de son groupe n’a chopé la Covid-19 pendant le stage.  Seuls deux joueurs ont quitté leurs camarades prématurément pour cause de blessure. Il s’agit de Mehdi Zeffane et Zinedine Ferhat qui malheureusement n’ont pas eu l’opportunité de participer aux deux joutes amicales au programme. Ce n’est probablement que partie remise pour eux, même s’il n’est jamais facile de retrouver sa place dans le groupe Algérie depuis la venue de Djamel Belmadi aux commandes. En effet, la densité de l’effectif et la concurrence qu’il a réussi à instaurer au sein du groupe, font que les absents ont toujours tort. C’est ce que doivent penser aussi Youcef Belaili et Djamel Belamri, alors que Youcef Atal, longtemps a perdu des points importants, malgré son statut de taulier de l’équipe. La richesse de l’effectif est un atout important pour pouvoir viser plus haut comme le souhaite le coach national. Il vaut mieux avoir l’embarras du choix que le choix de l’embarras.

Dans ce registre, Belmadi peut compter sur un groupe élargi qui ne l’a pas déçu jusqu’à présent. Une profondeur de banc conséquente dans laquelle il peut puiser à satiété. Nous avons comment contre le Nigeria, les «seconds couteaux» algériens, ont pu maitriser le match et en sortir vainqueurs. Ce sont tous des titulaires potentiels, ce qui donne plus de crédit et de consistance à l’ambitieux projet du coach national, celui de devenir l’une des meilleures sélections au monde. Un projet pas vraiment démesuré, ni prétentieux d’ailleurs, tellement les Verts ont montré des qualités qu’on leur soupçonnait pas, il y a quelque temps. La venue de Belmadi à la barre technique les a métamorphosé, les a transcendé, on ne le répètera jamais assez. Durant ce stage du mois d’octobre, on a pu également mesurer les progrès accomplis dans la manière d’appréhender les matches en les abordant sans  complexe et sans aucune arrière-pensée. L’état d’esprit et la détermination affichée sur le terrain témoignent de la saine ambiance qui règne à l’intérieur du groupe. Peu importe celui qui est aligné sur le terrain, l’intérêt de l’équipe prime sur celui des individualités pourtant nombreuses au sein de l’effectif. Ce groupe a atteint un degré de maturité rarement égalé par le passé. Ce n’est pas un hasard si les grandes nations du football demandent à affronter les Verts. Hier, le responsable de la communication de la FAF, Salah Bey Aboud, dans une déclaration à la radio nationale, a révélé que la Belgique, les Pays-Bas, la Croatie et les États-Unis souhaitent rencontrer l’équipe nationale à l’avenir. Ça nous change de la période où ce genre de sélections exigeait des primes alléchantes pour venir donner la réplique à l’équipe nationale. Les Verts ne font pas encore partie du gotha mondial, mais ils ont beaucoup gagné en respect. Ils l’ont forcé grâce à leurs résultats probants, leur abnégation et un sérieux à toute épreuve. Le plus important à présent est de ne pas dilapider ce bel héritage et poursuivre dans ce chemin d’assiduité qui peut les emmener loin…

Ali Nezlioui