EN: Un statut à préserver et à renforcer !

0
109

La 1e journée des éliminatoires de la CAN 2021 a réservé quelques surprises de taille, puisque quelques cadors ont été tenus en échec à domicile à l’image du Maroc et de l’Egypte contraints au partage des points face respectivement à la Mauritanie (0-0) et le Kenya (1-1).

Le Cameroun, pour sa part, même s’il est qualifié d’office en tant que pays organisateur, a néanmoins connu la même mésaventure chez lui contre le Cap Vert (0-0). Quant au Nigeria, il a eu toutes les peines du monde à s’imposer contre le Bénin (2 – 1). Ce qui donne plus d’impact et de crédibilité à la large victoire des Verts contre la Zambie. Au moment où le niveau semble se rapprocher entre pratiquement toutes les équipes du continent, la bande de Djamel Belmadi a frappé fort devant un adversaire qui pourtant lui a souvent donné du fil à retordre. Avant de concéder leur plus large défaite (0-5), les Chipolopolo restaient en effet sur deux victoires consécutives face aux Algériens. C’est pour cette raison d’ailleurs qu’ils étaient confiants avant d’aborder cette rencontre. Ils pensaient pouvoir bien négocier ce déplacement devant un adversaire qui leur réussit souvent ces derniers temps. Ils ont été probablement sonnés par l’ampleur du score à l’arrivée. Mais cette éclatante victoire traduit bien la nouvelle domination de nos capés qui s’installent doucement, mais sûrement au sommet de la hiérarchie africaine. Peu d’équipes sur le continent peuvent en effet leur contester aujourd’hui ce statut. Toutefois, cela ne veut nullement dire que les Verts sont intouchables ou invincibles. Aucune équipe n’est à l’abri d’une contre-performance quel que soit son niveau et sa réputation. Mais force est de constater que les Bounedjah et consorts sont actuellement ce qui se fait de mieux sur la scène africaine avec le Sénégal. Mais en football tout peut aller très vite dans un sens comme dans l’autre. Tout comme elle a connu une ascension fulgurante en l’espace de quelques mois seulement, l’EN peut perdre son acquis tout aussi vite. La vigilance est de mise pour rester aussi performants le plus longtemps possible. Cela dit, le sélectionneur national Djamel Belmadi semble veiller au grain. C’est lui l’artisan principal du renouveau algérien et il ne compte pas s’arrêter là. Il vise encore plus haut, comme il l’a confié récemment au site officiel de la CAF. Son objectif avec cette équipe est de dépasser le stade des huitièmes de finale de la prochaine Coupe du monde au Qatar. Il place la barre très haut, mais il faut dire qu’il est conforté par les analyses des spécialistes et autres observateurs étrangers qui voient l’Algérie parmi les grands outsiders lors du Mondial qatari. Mais on n’en est pas encore. Il faudra d’abord s’extirper et sortir indemnes des éliminatoires qui débuteront au mois de mars prochain. Ce qui ne sera pas une mince affaire. Il n’est pas conseillé de se projeter aussi loin dans le futur, même si nourrir de grandes ambitions est tout à fait légitime. Garder les pieds sur terre et aborder la compétition étape par étape avec humilité et concentration devraient être la ligne de conduite des Verts pour arriver à bon port. A commencer par le match inédit de ce lundi contre le Botswana à Goborone. Une formation qu’on n’a jamais affrontée par le passé. Les protégés de Belmadi sont à pied d’œuvre depuis ce vendredi. Après un voyage harassant, ils ont élu domicile au Hilton Garden Hôtel. «Après 10 heures de voyage, tout le monde est fatigué. Il faut se reposer et récupérer», a déclaré Belmadi à son arrivée à Gaborone et comme le rapporte le site officiel de la FAF. Le staff technique a programmé une séance vidéo pour étudier l’équipe adverse, alors que le dernier entrainement est prévu ce soir 20h (à l’heure du match) sur le terrain principal. Un terrain en mauvais état qui inquiète quelque peu l’entraineur national. Mais tout semble bien pris en charge et dans le moindre détail pour que les Verts reviennent de leur long déplacement avec les trois points en poche.

Ali Nezlioui