En visite de travail dans la wilaya d’Adrar: Ouyahia inaugure deux projets d’envergure pour l’économie nationale

0
1215
Photo conception L'Echo d'Algérie@

En visite de travail dans la wilaya d’Adrar, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a procédé, hier, à l’inauguration de deux projets d’envergure qui auront, à coup sûr, des répercussions très bénéfiques sur l’économie du pays.

Il s’agit du complexe gazier Reggane Nord et de la cimenterie de Timoktane dont l’importance n’est plus à démontrer aussi bien pour la région que pour l’Algérie. Ainsi, lors de l’inauguration du complexe gazier Reggane Nord, Ouyahia a estimé qu’il s’agit d’un important acquis pour l’économie nationale et qu’en dépit des efforts déployés par l’Etat pour la diversification de l’économie nationale, l’énergie en demeure la locomotive. «Avec une moyenne de production de près de 3 milliards de m3 /an, ce complexe est un important acquis pour l’économie nationale de par les ressources en devises fortes qu’il régénérera», a déclaré Ouyahia, ajoutant qu’en dépit des efforts déployés par l’Etat pour la diversification de l’économie nationale, l’énergie en demeure la locomotive. Il a, en outre, félicité la population de la région pour cette réalisation qui «contribue et contribuera encore plus à l’emploi des centaines de jeunes, ce qui impactera positivement et directement le développement à travers la wilaya». Par ailleurs, le Premier ministre a valorisé la signature de contrats de partenariat entre le groupe Sonatrach et des entreprises publiques pour le développement du champ gazier de Tinhert (Illizi). Les entreprises publiques «ont relevé le défi de ce partenariat pour le développement du champ gazier de Tinhert, qui aurait pu être confié à des sociétés étrangères», a indiqué Ouyahia. Cette signature «prouve encore une fois que les entreprises algériennes sont aptes à contribuer à l’édification de l’économie nationale et à remplacer les sociétés étrangères dans des secteurs importants et sensibles comme les hydrocarbures», a-t- il estimé.

Ouyahia a souhaité que les choix de l’Etat, conformément aux orientations du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, encouragent les entreprises nationales à aller de l’avant dans cette voie et inciter d’autres à contribuer à la consolidation de cette option. Ouyahia a inauguré également une nouvelle cimenterie dans la commune de Timoktane, première du genre dans la région. Fruit d’un partenariat algéro-chinois pour un investissement de 21 milliards de dinars, cette nouvelle cimenterie, s’étendant sur une surface de 32 hectares dans la commune de Timoktane (260 km du chef lieu de la wilaya d’Adrar), est d’une capacité de production prévisionnelle annuelle de 1,5 million de tonnes, et devrait atteindre trois millions de tonnes/an après son extension prévue dans une deuxième phase. Ce projet, qui générera 1100 emplois dont 400 permanents, relève de la Société privée de travaux généraux Sidi Moussa (STG Sidi Moussa) à hauteur de 71% et de la société chinoise China triumph international engineering company (CTIEC Beijing) pour 29%.

Choisi pour son expérience dans la production de ce produit, ce partenaire chinois sera chargé, en vertu d’un contrat de coopération de sept années, de la gestion de cette usine en phase d’exploitation en vue d’assurer la formation de la main-d’œuvre algérienne, du transfert du savoir-faire et de la maîtrise des technologies de pointe qui seront utilisées dans cette nouvelle entreprise. Première du genre dans le Grand Sud algérien, la cimenterie de Timoktane ouvre de larges perspectives de développement dans la région dans la mesure où elle contribue, à la faveur de l’approvisionnement en ce produit nécessaire aux projets du BTPH et des hydrocarbures, à la propulsion de la cadence de développement et de hâter les rythmes de chantiers retenus pour la région, explique-t-on. Cet ambitieux projet devra ainsi mettre à la disposition de ses clients les différentes variétés de ciment dont le ciment pétrolier que cette unité produira à raison de 200 000 tonnes/an pour les entreprises pétrolières opérant dans la région. La localisation de la cimenterie dans cette zone, construite en conformité avec les normes mondiales de sécurité et de protection de l’environnement, vient répondre à une série de critères dont la disponibilité de la matière première du produit et l’impact positif sur le prix du sac de ciment. S’agissant du volet environnemental, la cimenterie est réalisée selon les normes internationales en vigueur dont la rationalisation de la consommation électrique grâce à son générateur d’une capacité de production de 52 mégawatts, indépendant du réseau public.

Ce projet, dont les travaux de réalisation ont été lancés début 2016, fait partie des projets structurants à même de garantir l’équilibre de développement dans les régions du Grand Sud du pays, d’impulser la cadence économique susceptible de contribuer à l’amélioration du cadre de vie de la population locale et de relancer les activités des jeunes accompagnant de pareils grands projets, souligne-t-on. Pour rappel, le nombre total actuel des cimenteries du pays est de 17 d’une capacité globale de 25 millions de tonnes (contre 20 millions de tonnes en 2015), sachant que la demande nationale a été de 26 millions de tonnes en 2016. Les deux plus grands groupes sont la société publique GICA et l’entreprise LafargeHolcim Algérie, qui détiennent 96% des capacités totales installées. En 2020, la capacité de production du pays doit augmenter à 40,6 millions de tonnes avec 20 millions de tonnes pour GICA, et 11,1 millions de tonnes pour LafargeHolcim Algérie, ainsi que 9,5 millions de tonnes pour les opérateurs privés. La facture d’importation de ciment est passée de 221 millions de dollars en 2010 à 448 millions de dollars en 2015 avant de reculer à 260 millions de dollars en 2016 suite à l’augmentation de la production locale et à l’instauration du régime de licence pour le ciment portland gris. Au cours de cette visite, le Premier ministre était accompagné du ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, du ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, et du ministre de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi.