Energie renouvelable: La  commission de l’appel d’offres installée    

0
48

Une commission a été installée pour examiner le dossier des énergies renouvelables notamment pour le lancement de l’appel  d’offre national et international pour la production de 4.000 mégawatts  d’énergie électrique renouvelable, la ministre de  l’Environnement et des Energies renouvelables, Fatma Zohra Zerouati, en  marge d’un séminaire sur la promotion de projets innovants en économie verte.

Interrogée par la presse sur le retard pris pour le lancement de cet appel  d’offres, la ministre a répondu qu’une commission avait été installée et  que le travail accompli par cette commission sera rendu public après la  présentation du plan d’action de son ministère au gouvernement. Selon elle, « il n’y a aucun retard sur ce dossier » et qu’il fait éviter de  faire dans la précipitation car il s’agit d' »enjeux importants » en matière  d’énergies renouvelables.   Pour rappel, cet appel d`offre national et international doit être adossé  à un cahier des charges obligeant les investisseurs nationaux et étrangers  de produire et d`assurer le montage local des équipements industriels de  production et de distribution des énergies renouvelables, notamment les  panneaux photovoltaïques. Mme Zerouati a également évoqué le projet de « stratégie relative aux  Energies renouvelables » qu’elle soumettra au gouvernement.

Concernant le séminaire organisé mardi et dédié à la promotion de  projets innovants en économie verte, organisé conjointement  par le R20  Med, l’Ecole nationale polytechnique Maurice Audin (Oran) et l’Ecole des  mines de Saint-Etienne (France), il vise principalement la valorisation des  projets innovants de développement et d’investissement en économie verte, selon ses organisateurs. Il constitue aussi un outil pour la formalisation d’un réseau d’acteurs  nationaux impliqués dans les projets innovants verts et bancables. Cet évènement s’inscrit également dans le cadre d’un Master spécialisé de  grandes écoles relatif aux projets innovants pour l’économie verte, mis en  œuvre et initié par R20 MED en partenariat avec l’école des mines de  Saint-Etienne et l’Ecole nationale polytechnique d’Oran depuis novembre  2016. Dans sa première promotion 2016-2017, 16 cadres nationaux algériens  provenant de toutes les régions du pays ont été formés pour renforcer les  capacités et l’expertise nationale au niveau des institutions et organismes  économiques publics et privés et des collectivités territoriales pour le  montage de projets urbains techniquement et économiquement viables. Le partenariat avec R20 MED vise la réalisation et la conception d’un  programme pilote dans l’économie verte au niveau de la wilaya d’Oran. Il s’agit d’un programme qui intègre l’économie circulaire à travers  notamment la valorisation des déchets par le recyclage. Ce programme porte sur trois thématiques, à savoir la valorisation et la  gestion des déchets, l’efficacité énergétique et les énergies  renouvelables.

Dressant un bilan de ce partenariat, Mme Zerouati a expliqué que dans  sa première phase, des opérations de tri-sélectif de déchets ménagers ont  été réalisées au niveau de quatre quartiers pilotes de la wilaya d’Oran,  ainsi que la réalisation d’une unité de compostage au niveau de  Hassi-Bounif d’une capacité de traitement de 15 tonnes de déchets par  semaine. De son côté, le directeur général des relations économiques et de  coopération internationale au ministère des Affaires étrangères, Merzak  Belhimeur, a réaffirmé l’engagement politique de l’Algérie quant au  développement des énergies renouvelables à travers l’adoption du Programme  national de promotion des énergies renouvelables et de l’efficacité  énergétique. Pour atteindre les objectifs fixés au titre de ce programme, une série  d’instruments sont en cours de finalisation dont le plan national climat,  la stratégie nationale pour l’environnement et le développement durable  2017-2035 et le plan d’action pour l’environnement et le développement  durable, a indiqué M. Belhimeur.  Dans ce cadre, il a indiqué que son ministère avait engagé récemment une  nouvelle dynamique qui vise à informer et à former les représentants des  secteurs et à identifier les modalités de financement offertes par de  différents bailleurs de fonds multilatéraux et bilatéraux tels le Fonds de  l’environnement mondial, le Fond vert climat, l’Union européenne, et ce,  afin de pouvoir soumettre des projets à fort potentiel, novateurs et  rentables économiquement.