Enseignement supérieur – Cycle de doctorat Hadjar fait part de l’ouverture 6200 places pédagogiques

0
340

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar, a annoncé, ce lundi, à Alger, l’ouverture de plus de 6200 places pédagogiques pour le cycle de doctorat au niveau national pour l’année universitaire 2018/2019.

Présentant un exposé sur son secteur devant la commission de l’éducation, de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et des affaires religieuses de l’Assemblée populaire nationale (APN), le ministre a fait part de «l’ouverture de plus de 6200 places pédagogiques pour le cycle de doctorat, sans compter les postes réservés à la spécialité de médecine». 53 481 candidats se sont inscrits jusqu’à dimanche au concours de doctorat, et ce, depuis l’ouverture de la plateforme d’inscription le 16 septembre dernier, a-t-il fait remarquer. Concernant le concours d’accès au cycle de master, Hadjar a annoncé la poursuite de l’examen des dossiers à travers les établissements de l’Enseignement supérieur, notant que certains avaient procédé à l’annonce des résultats.

Les autres résultats seront affichés dans les plus brefs délais, a assuré le ministre, rappelant l’inscription de 308 710 candidats. Pour ce qui est de l’encadrement universitaire, il a fait savoir que 3000 nouveaux enseignants ont été recrutés durant l’année universitaire actuelle, en sus de 59 897 enseignants-chercheurs, tous grades confondus.

Dans le but d’actualiser la carte de formation, le ministre a annoncé l’installation d’une commission chargée de la révision de la carte de formation, regroupant un nombre d’enseignants-chercheurs qui s’attèlent à l’amélioration du niveau de qualification professionnelle des diplômés et à la consolidation de l’employabilité. Le secteur a entamé la révision du programme de formation relatif à la spécialité de médecine, en vue de l’adapter aux exigences des professions et qualifications requises, vu les progrès scientifiques survenus à l’échelle internationale, d’où «l’actualisation des contenus de la formation pour la première et deuxième année universitaire, en prévision du parachèvement de l’actualisation progressive de l’ensemble des programmes de formation».

A cette occasion, Hadjar a présenté un exposé exhaustif sur la rentrée universitaire 2018/2019, avec plus de 1,7 million d’étudiants ayant rejoint les bancs de l’université, citant les objectifs de modernisation du secteur à travers l’utilisation des technologies de l’information et de la communication.