Enseignement supérieur: Plus d’une centaine d’étudiants algériens rejoignent chaque année des  universités russes

0
459

 Plus d’une centaine d’étudiants algériens  rejoignent annuellement les universités russes pour suivre leurs études  dans différentes spécialités, a-t-on appris mardi de la responsable des  étudiants étrangers au sein du Groupe des universités d’Etat russes  (RACUS), Olga Yakovleva.

« Plus d’une centaine d’étudiants algériens rejoignent chaque année les  universités russes pour suivre des études en médecine, en chirurgie  dentaire, en pharmacie et en informatique, entre autres », a indiqué  Mme Yakovleva, qui est également manager des étudiants algériens en Russie,  en marge de la 7ème édition du salon de l’étudiant et des nouvelles  perspectives (Khotwa), ouvert mardi au centre des conventions d’Oran (CCO). « Le RACUS regroupe 18 universités étatiques se trouvant dans la partie  européenne de la Russie. Fort d’une expérience de 30 ans, cet organisme a  accueilli des centaines, voire de milliers d’étudiants algériens dans  toutes les spécialités », a précisé la même responsable. « Cet engouement, très particulier des Algériens pour les établissements  russes de l’enseignement supérieur, s’explique par le fait que les études  se font dans trois langues, le russe, le français et l’anglais et en  Licence Master et Doctorat », relève-t-elle, ajoutant que les étudiants ont  le libre choix de la langue de leur formation. Sur les 500 spécialités enseignées en Russie, les étudiants algériens  optent pour la médecine qui englobe diverses branches (médecine générale,  la chirurgie dentaire et la pharmacologie, entre autres), mais également  l’ingénierie comme la mécatronique, la robotique, l’automatisme et  l’informatique. Olga Yakovleva a rappelé qu’en vertu des accords entre la Russie et  l’Algérie, le baccalauréat algérien est reconnu d’office et ne nécessite  donc pas un certificat d’équivalence. Par contre, pour les autres diplômes  tels la licence, l’ingéniorat et le master, « ils doivent faire l’objet  d’une formalité d’équivalence par l’université ou le ministère de  l’Enseignement et de la Science de Russie ». Pour les candidats optant pour des études en langue russe, une année  préparatoire d’études de la langue est comprise dans leur cursus, a  souligné la responsable, rappelant que de nombreux étudiants algériens  suivent des masters et des doctorats en Russie. Plus de 70 participants répartis entre universités, écoles nationales et  privées, organismes de l’enseignement supérieur sont présents à cette 7ème  édition du Salon de l’étudiant et des nouvelles perspectives (Khotwa).  Selon Rami Tamrabet, un des organisateurs du salon, ce dernier se veut un  espace de rencontres entre les acteurs nationaux et étrangers de la  formation et une population d’apprenants, toutes catégories et niveaux  confondus, souhaitant pousser plus loin leur formation en Algérie ou à  l’étranger. Un riche programme d’activités accompagnera l’exposition avec des  mini-formations et des séances de coaching au profit des jeunes visiteurs,  ainsi qu’un cycle de conférences et des ateliers sur plusieurs thématiques  animés par des associations et des clubs universitaires.

Houda