Equipe nationale: Belmadi fait un état des lieux

0
43

Invité hier par téléphone à répondre à quelques questions sur les ondes de la Radio Chaîne 3, le sélectionneur de l’Algérie, Djamel Belmadi,  qui se trouve chez lui au Qatar, est longuement revenu sur le cas du joueur Youcef Belaïli.

Belmadi s’est montré très agacé par la gestion de carrière de l’actuel joueur de Qatar SC qui, selon lui, a suffisamment le talent pour pouvoir prétendre à jouer au moins «à Tottenham ou à l’Atlético Madrid», a-t-il indiqué. «Le problème avec Belaïli c’est son manque de constance. S’il avait le professionnalisme d’Aïssa Mandi, il aurait pu avec son énorme talent, prétendre à jouer dans les plus grands clubs, et là je pèse mes mots. Il s’est formidablement bien relancé, en réalisant une belle CAN-2019, il a été performant. Mais, il a fini par retomber dans ses travers. Cela me fait doublement mal, et ça me fâche pour mon pays, pour le groupe.

C’est un gentil garçon, je l’aime beaucoup, j’ai de l’affection pour lui. Il est capable de hisser son niveau d’implication quand il le veut. J’aurais voulu qu’il soit plus constant, avoir un bon environnement autour de lui, qu’il comprenne qu’il y a une seule carrière pour tout joueur, et qu’il ne faut pas avoir de regrets à la fin. C’est ça ce qui fait un peu mal», a encore ajouté le patron des Verts.

Par ailleurs, le sélectionneur algérien a également évoqué le chamboulement à tous les niveaux causé par la pandémie : «Evidemment que la pandémie du Covid-19 a chamboulé les plans de tout le monde et pas seulement du mien ou de la sélection. Le pire c’est que cette cassure est intervenue alors que nous avons commencé à mettre en place une vraie cohésion de groupe et des automatismes que nous avons longtemps travaillés pour les avoir», expliquera-t-il. Aussi, Djamel Belmadi a fait une révélation sur Riyad Mahrez, qu’il a voulu la partager avec les supporters des Verts, lui qui a toujours exprimé clairement sa fierté pour ses origines et son pays.

«Vous savez, Mahrez nous a rejoints à Sidi Moussa avant le match aller face au Zimbabwe alors qu’il traînait une blessure au niveau du dos. Malgré cela, il a tenu à jouer les deux rencontres et a insisté à faire le déplacement en Afrique, alors qu’il pouvait en être dispensé. C’est tout à son honneur», ajoutera Belmadi, qui a réitéré sa position concernant les joueurs binationaux. «Je le dis et je le répète, les portes de la sélection sont ouvertes, mais pas pour ceux qui hésitent encore», conclura-t-il.