Etats Unis: Le Pentagone dépêche 3.750 soldats de plus à la frontière avec le Mexique

0
162

 Le Pentagone a annoncé qu’il était en train  de déployer 3.750 soldats supplémentaires en service actif à la frontière  américano-mexicaine pour une période de trois mois afin de soutenir les  gardes-frontières.

Ce déploiement fera passer à environ 4.350 le nombre de membres des forces  en service actif postés en soutien des agents du Service des douanes et de  la protection des frontières des Etats-Unis, selon un communiqué publié  dimanche par le Pentagone. « Des unités supplémentaires sont déployées pour 90 jours, et nous  continuerons à évaluer la composition des forces nécessaires pour remplir  la mission de protection et de sécurisation de la frontière sud », a indiqué  le communiqué. L’annonce est survenue alors que les législateurs démocrates et  républicains tentent toujours de négocier un accord sur le financement de  la sécurité à la frontière tout en faisant leur possible pour éviter une  nouvelle paralysie partielle du gouvernement. Le président américain Donald Trump a, à plusieurs fois, émis l’idée de  déclarer un état d’urgence national si l’accord ne comprenait pas de fonds  pour ériger un mur frontalier avec le Mexique, une des promesses phares de  sa campagne présidentielle de 2016. Une telle déclaration lui permettrait de passer outre l’approbation du  Congrès et de rediriger vers son mur des fonds déjà alloués par les  législateurs à d’autres postes de dépense, potentiellement au Pentagone.  Cette démarche provoquerait néanmoins de manière presque certaine un tollé  politique et des problèmes juridiques. Dans une interview accordée à la chaîne CBS et diffusée dimanche, M. Trump  a déclaré qu’il ne « retirait aucune (option) de la table ». L’absence d’accord entre la Maison Blanche et les Démocrates du Congrès au  sujet du financement du mur frontalier a mené à une paralysie partielle du  gouvernement de 35 jours qui a pris fin le 25 janvier dernier. M. Trump a initialement ordonné le déploiement de milliers de soldats en  service actif à la frontière avec le Mexique en octobre dernier afin de  dissuader les membres de la caravane de migrants centraméricains d’entrer  illégalement aux Etats-Unis. Cette décision, mise en application peu avant les élections de mi-mandat  de novembre, a été saluée par les alliés et partisans de M. Trump tandis  que ses détracteurs l’ont dénoncée comme étant « une manœuvre politique ». Le secrétaire à la Défense par intérim Patrick Shanahan a approuvé le  nouveau déploiement en janvier pour répondre à la demande d’assistance du  département de la Sécurité intérieure des Etats-Unis. Le Pentagone a déclaré qu’il « procède à une transition de son soutien à la  frontière sud-ouest d’un renforcement des points d’entrée à une  surveillance mobile et à la détection, ainsi qu’au placement de fils  barbelés entre les points d’entrée ». Les nouveaux soldats, selon le Pentagone, seront mis à contribution pour  installer de larges barrières supplémentaires et fournir un nouveau grand  système de surveillance mobile de la zone frontalière. L’effort annoncé dimanche est distinct des potentiels efforts par la  Maison Blanche visant à utiliser les ressources existantes du Pentagone en  vue de contribuer à la construction de nouvelles sections du mur  frontalier, selon la chaîne CNN.