Ethiopie: Une soixantaine de morts dans des violences

0
161
After throw stones after a deadly stampede during the Oromo new year holiday Irreechaa in Bishoftu on October 2, 2016. Several people were killed in a stampede near the Ethiopian capital on October 2, according to an AFP photographer at the scene. Several thousand people from the Oromo community gathered at a sacred lake for a religious festival and started to cross their wrists above their heads, a symbol of Oromo anti-government protests. The event quickly degenerated, with protesters throwing stones and bottles and security forces responding with baton charges and tear gas grenades. Together, Oromos and Amharas make up 60 percent of the population and have become increasingly vocal in rejecting what they see as the disproportionate power wielded by the northern Tigrean minority in government and the security forces. / AFP PHOTO / Zacharias ABUBEKER

Au moins 61 personnes ont été tuées dans des affrontements intercommunautaires dans la région d’Oromiya en Ethiopie, province instable qui a connu des manifestations sanglantes en 2015 et 2016, rapportent des responsables locaux.

Depuis jeudi, 29 personnes de l’ethnie des Oromos ont été tuées par des assaillants somaliens dans les districts de Hawi Gudina et de Daro Lebu, a indiqué un porte-parole des autorités régionales. Ces violences ont entraîné des représailles des Oromos contre un autre district faisant 32 morts parmi les Somaliens qui avaient trouvé refuge dans cette région après avoir fui de précédentes exactions. Les raisons de ces affrontements n’ont pas été établies mais ils font suite à des manifestations organisées à Celenko, ville de la province d’Oromiya, au cours desquelles des soldats ont tué 16 Oromos en tirant sur le protestataire. Le président de la région a affirmé ignorer qui avait ordonné le déploiement de ces troupes.