Face à ‘étranglement économique des Etats Unis: l’Iran peut-il sortir de l’isolement ?

0
202

Porter à 0 les exportations » de pétrole iranien : c’est ce que vise Donald Trump en menaçant de sanctions les pays qui en achèteraient à partir du 2 mai.

Ce 2ème train de sanctions depuis 2018 vise à donner un « choix » à Téhéran : l’étranglement économique, ou un nouvel accord sur le nucléaire. Des manifestants iraniens brûlent l’effigie du président américain placé sur d’énormes copies d’images de billets de banque en dollars américains lors d’une manifestation devant l’ambassade américaine de Téhéran, le 4 novembre 2018.Des manifestants iraniens brûlent l’effigie du président américain placé sur d’énormes copies d’images de billets de banque en dollars américains lors d’une manifestation devant l’ambassade américaine de Téhéran, le 4 novembre 2018

Grâce à sa campagne de « pression maximale », Donald Trump entend dominer l’Iran le plus durement possible. Le président a sanctionné une nouvelle fois la République islamique en voulant « priver le régime de sa principale source de revenus », à savoir le pétrole. Cela met donc fin aux dérogations permettant encore à huit pays, la Chine, l’Inde, la Turquie, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, l’Italie et la Grèce, d’importer du brut iranien à partir du 2 mai. Cette annonce a provoqué une hausse de 3% du prix du brut, le plus haut niveau atteint cette année. Cette décision de Washington est la suite logique d’une série de sanctions américaines réinstaurée par l’administration Trump le 6 août 2018, elle-même déclenchée par le retrait américain de l’accord international sur le nucléaire iranien le 8 mai 2018. Lancé en 2015, cet accord prévoyait que Téhéran briderait son programme nucléaire en échange d’un allègement des sanctions économiques internationales qui le visaient.

Alors que l’Europe tente de contourner les sanctions américaines

Alors que Washington impose un embargo économique radical à l’Iran pour l’acculer à négocier, l’Europe tente de contourner les sanctions : l’Iran pourra-t-il sortir de l’isolement ? La politique iranienne des Etats-Unis mise à mal.

Suite à une plainte déposée par Téhéran, la CIJ a ordonné à Washington de « supprimer toute entrave à la libre exportation vers la République islamique d’Iran » de matériels humanitaires comme, par exemple, les médicaments ou les denrées alimentaires. Et même si cette décision risque de n’avoir que peu de conséquences, c’est un revers symbolique pour les Etats-Unis dans le travail d’isolement de l’Iran.

L’Europe semble vouloir lutter contre l’embargo américain.

Par ailleurs, du côté de l’Union Européenne, Bruxelles a proposé la mise en place d’un mécanisme commercial spécifique avec Téhéran : des mécanismes anti-sanctions permettant de faciliter les transactions avec le pays. Faut-il y voir le début de la fin du processus de confinement enclenché par l’administration de Donald Trump – avec la sortie de l’accord sur le nucléaire conclue en 2015 ? Les européens pourront-ils peser suffisamment pour établir un régime de coopération avec l’Iran ? Et en auront-ils vraiment la volonté ?

                                                                                            Ahsene Saaid