FAF: Le BF s’est réuni… pour se réunir

0
153

L’on s’attendait à des prises de décisions importantes de la part du Bureau fédéral de la FAF, réuni, ce mardi, par vidéoconférence. Il n’en fut rien.

Les membres de la Fédération se sont contentés, au cours de ce conclave de  2h30 mn, d’ouvrir un compte bancaire «spécial aide» en guise de solidarité avec le peuple algérien en cette période de pandémie. Toutes les Ligues sont priées de l’alimenter avant que la somme réunie ne soit versée ensuite au niveau du Fonds national pour la lutte contre le virus «Covid-19». Une simple note en interne aurait suffi pour cette louable initiative, il n’était pas nécessaire de réunir le Bureau fédéral pour ça. Mais visiblement les responsables de la FAF ont voulu marquer le coup en montrant leur solidarité publiquement.

Une opération de communication en somme afin de meubler le vide sidéral sur le plan sportif. Justement, la suite du championnat et l’avenir de la saison n’ont pas du tout été évoqués au cours de cette réunion. «Cette séance revêt un caractère exceptionnel et sera mise sous le sceau de la solidarité avec le peuple algérien, ce qui relègue les considérations purement sportives, notamment celles liées aux compétitions, à une date ultérieure», a justifié la FAF dans son communiqué publié sur son site, tout en ajoutant que : «La FAF et la LFP continueront à suivre de près l’évolution de la situation au double niveau national et international à travers les cellules (FAF et LFP) mises en place à cet effet, et ce, en étroite collaboration et coordination avec les Pouvoirs publics, notamment le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS)». Apparemment, la Fédération est à l’attente des instructions de la tutelle, voire des Hautes autorités du pays, qui décideront à sa place de la suite à donner aux événements. Une manière à peine déguisée de fuir ses responsabilités, mais l’on n’est pas vraiment étonné. Abdelkrim Medouar avait déjà donné le ton en déclarant il y a quelques jours, que : «Tout débat sur le championnat est actuellement inapproprié». Certes la priorité des priorités en ce moment est de lutter contre l’épidémie rampante du coronavirus. Mais on aurait, toutefois, souhaité que les dirigeants sportifs prennent pour une fois leur courage afin d’annoncer le prolongement de la trêve, comme l’ont fait le CIO, l’UEFA et pleine de fédérations à travers le monde. D’autant que le report est incontournable. Mais si l’on fie à la dernière décision officielle de la LNF, le championnat reprendra le 5 avril prochain, c’est-à- dans 3 jours. Ce qui est aberrant et ridicule. Jusqu’à hier aucune décision ni communiqué des Instances du football ne sont venus l’annuler. Devant ce mutisme, les clubs ne savent plus sur quel pied danser. Ils se posent des questions légitimes. Le championnat va-t-il reprendre ? Si c’est oui, ce sera quand ? Tout le monde voudrait être fixé en ces temps d’incertitude. La FAF et la Ligue auraient pu faire un effort de se projeter un peu dans l’avenir et fixer une date de reprise plus ou moins acceptable, tout en se réservant le droit de la changer en fonction de l’évolution de la situation sanitaire. L’on se demande dès lors à quoi servent ces deux institutions ?

Ali Nezlioui