FAF: Les clubs enfin fixés sur leur sort

0
99

Même si aucune date de reprise n’a été encore fixée, l’on est désormais sûr que les championnats de la Ligue 1 et de la Ligue 2 iront à leur terme pour le compte de la saison 2019-2020.

Un communiqué de la FAF publié, ce dimanche, sur son site officiel est venu mettre fin à une longue période d’incertitude et de conjectures. «Lors de sa réunion mensuelle statutaire, le Bureau Fédéral (BF) de la Fédération algérienne de football (FAF) et en présence des présidents des différentes Ligues, dont la Ligue de football professionnel (LFP) tenue le dimanche 31 mai 2020, a réitèré sa position quant à la reprise des activités footballistiques qui demeure liée à la levée du confinement et l’autorisation de rassemblement, par les autorités de l’Etat algérien», a-t-elle annoncé. Il était plus qu’urgent pour la haute instance du football national de sortir de son mutisme et pour informer l’opinion sportive sur la suite à donner à l’actuelle saison interrompue au mois de mars dernier pour cause du Covid-19. D’autant que de plus en plus de personnes ne croyaient plus à une éventuelle reprise, notamment après la sortie médiatique, le week-end dernier, du président de la LNF dans laquelle il s’est prononcé clairement pour un arrêt définitif de la compétition. Ce qui constitue un désaveu total pour lui, puisque la Fédération n’a pas suivi son avis.

C’est même un camouflet pour Medouar, ce qui confirme les divergences parfois irréconciliables entre lui et le président de FAF, Kheireddine Zetchi. Mais il ne faut pas se tromper, la Fédération n’a pas pris cette décision en toute souveraineté ou de son propre chef, elle a dû certainement suivre les recommandations de la tutelle et par ricochet celles des pouvoirs publics. D’ailleurs, une réunion entre le président Zetchi et le ministre de la Jeunesse et des Sports, Sid Ali Khaldi, s’est tenue la veille, au cours de laquelle tout a été ficelé. «Monsieur le Ministre, qui a montré toute sa disponibilité et son écoute, devrait porter la feuille de route de la famille du football national au gouvernement et aux autorités sanitaires pour étudier les conditions de retour au jeu», peut-on lire dans le communiqué de la FAF. Une formalité au demeurant pour donner un cadre officiel au retour du jeu. Visiblement en haut lieu, on a pesé le pour et le contre de la reprise de la compétition. Il semble que la première option a été adoptée, car elle est la plus adaptée à la situation et surtout la moins problématique. C’est en tout cas plus sage de finir la saison, car l’arrêter maintenant aurait provoqué le courroux et un tollé chez de nombreux clubs, notamment ceux qui jouent pour le titre, pour l’accession et les potentiels relégables. Par ailleurs, il y a assez de marge pour se préparer à la reprise et éventuellement terminer la saison plus ou moins dans les normes. Si l’on prend exemple sur nos voisins tunisiens dont les conditions sont similaires aux nôtres, ces derniers ont tranché la question depuis belle lurette, en fixant la reprise de leur championnat au mois d’août prochain. Contrairement à ce qu’avance le président de Ligue, les contraintes sanitaires dues au coronavirus ne sont pas rédhibitoires. Il suffit d’y mettre du sien et de ne pas reculer devant la difficulté. Le reste est une question d’organisation et de volonté.

Ali Nezlioui