FAF : Un communiqué pour appeler au calme

0
355

 Visiblement agacé et exaspéré par les nombreuses attaques dont elle fait l’objet ces dernières semaines, la FAF a travers un communiqué publié hier sur son site officiel, appelle les dirigeants des clubs et autres entraineurs à plus de pondération et de retenue dans leurs propos.

Un communiqué plutôt « gentil » dans lequel elle invite ces dirigeants en colère à  « user des voies de recours légales et de ne pas succomber à l’invective qui ne fait honneur ni à leurs auteurs ni à la discipline qu’il pratique et ni à leur rang d’éducateurs ». La lettre de la FAF ne se montre aucunement menaçante envers les auteurs de ces attaques. Elle déplore seulement ces « accusations gratuites et souvent diffamatoires». « Il ne se passe pas une journée de championnat sans qu’un président ou dirigeant de club ne verse sa colère sur les institutions qui gèrent le football avec une rare violence », constate la Fédération. Une situation, il faut le dire, insupportable qui ne peut pas durer. La FAF doit se montrer plus sévère pour mettre fin à ces insultes et autres accusations qui servent à alimenter la haine et la suspicion dans un milieu déjà bien affecté. A cette allure, on se dirige vers l’anarchie. La situation risque de ne plus être contrôlable, du moment que certains dirigeants contestent publiquement l’autorité des instances sportives. Cela risque de faire tâche d’huile. Il faut dire aussi que la rébellion menée par le président de la JSK, Cherif Mellal, contre Abdelkrim Medouar, risque de discréditer totalement la Ligue nationale de football. C’est une guerre qui ne semble pas finir. Et ce n’est pas la longue suspension infligée au boss kabyle qui atténuera les choses. Apparemment, les officiels ne savent plus comment se comporter avec lui. Vont-ils lui pardonner ces violences verbales et annuler sa suspension créant ainsi une brèche et un précédent qui se retournera immanquablement contre eux, ou bien maintenir ce bras de fer quitte à se mettre toute une région sur le dos. L’équation est difficile à résoudre, d’autant que Cherif Mellal ne semble pas vouloir entendre raison. Fort du soutien des supporters de la JSK, il mène une campagne agressive et intempestive. Il ne recule pas d’un empan. Il compte aller au bout de ses revendications, tout en encourageant les autres présidents à se mutiner à leur tour.

A.N.