Femmes victimes de violences: Un module de formation pour une meilleure prise en charge intégrée

0
1139
Photo conception L'Echo d'Algérie@

Un module relatif à l’écoute, l’accompagnement et la prise en charge des femmes victimes de violences et de leurs enfants, a été intégré dans les programmes de formation dans le domaine des métiers de l’action sociale au niveau des centres nationaux de formation des personnels spécialisés, a indiqué, ce jeudi, à Alger, la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mounia Meslem. « Ce module est destiné aux professionnels de l’action sociale dans le cadre de la formation continue et aux étudiants dans des filières de l’assistance et de la médiation sociale, bénéficiaires des cycles de formation initiale au niveau des centres de formation spécialisés», a précisé Mounia Meslem dans son allocution lors d’une journée d’information sur cette initiative. Le module en question permettra de développer les connaissances et les outils utilisés en matière d’écoute, d’accompagnement et de prise en charge des femmes en difficulté sociale, particulièrement, les femmes victimes de violences, a expliqué la ministre ajoutant que son élaboration tendent également à améliorer «les services de l’action sociale, et permettre aux étudiants des centres spécialisés de la solidarité nationale, l’«acquisition d’une pratique professionnelle adaptée au phénomène. Cet outil qui fournira aux personnels spécialisés des connaissances adéquates et des moyens de prise en charge opérationnels s’inscrit dans le cadre d’un programme de coopération mené en partenariat avec l’ONU Femmes et la Belgique. Elle a fait savoir à cette occasion, que «8094 de femmes en situation difficile ont été prises en charge en 2016 par des équipes multidisciplinaires au niveau des centres nationaux d’accueil destinés aux femmes victimes de violences». «Le ministère a persévéré dans son action continue en matière de protection et promotion de la femme, à travers la mise en place des stratégies, la mise en œuvre de programmes et l’ouverture d’établissements de prise en charge, l’encouragement des associations opérant dans le domaine favorisant le travail scientifique et académique tout en soutenant les initiatives et les activités innovantes», a-t-elle dit. Dans ce contexte, Meslem a appelé tous les acteurs à intensifier leurs actions et conjuguer leurs efforts pour promouvoir la femme afin qu’elle puisse jouer pleinement son rôle dans le développement, rappelant à ce propos que les législations nationales ont veillé à réglementer les relations entre les membres de la société pour assurer sa cohésion en criminalisant tout phénomène de violence en particulier celle à l’égard des femmes.