Filiére lait: L’Algérie souffre  d’un déficit  dans la production estimé à près de 50%

0
119

L’expert en développement des filières  alimentaires et conseiller international en exportation, et membre au  think-tank agriculture-innovation, M. Nouad Mohamed Amokrane a affirmé,  lundi, que l’Algérie doit assurer une exploitation optimale de ses  capacités dans la filière lait afin de pouvoir couvrir ses besoins en la  matière et contribuer dans le développement économique en général.

Intervenant lors d’un forum sur la filière lait organisé en marge de la  18e édition du Salon international de l’agriculture et de l’agro-équipement  (SIPSA-SIMA), M. Nouad a indiqué que l’Algérie souffrait d’un déficit  important dans la production dans la filière lait estimé à près de 50%, ce  qui nécessite la conjugaison des efforts afin de relever le défi et  promouvoir cette filière vitale.  L’Algérie n’exploite pas « convenablement « ses atouts et c’est pour cette  raison que nous continuons à importer la poudre du lait, a-t-il poursuivi,  soulignant, à ce titre, l’importance d’étudier et de recenser toutes les  potentialités dont jouit notre pays dans le but d’élaborer une feuille de  route pour développer la production dans cette filière et se passer  progressivement de l’importation. Cette rencontre était une opportunité de mettre en avant les efforts  consentis dans ce sens et les obstacles qui entravent le développement  escompté, a avancé le responsable, ajoutant qu’il a été également question  de discuter des différentes solutions et technologies innovantes dans le  domaine des systèmes de production du lait. Les niveaux de consommation enregistrés font état d’une hausse constante,  au moment où la production connait une stabilité en dépit des atouts que  possède l’Algérie, outre la subvention accordée à cette filière par les  pouvoirs publics, a-t-il déclaré .  Pour sa part, la ministre néerlandaise de l’agriculture, de la nature et  de la qualité des aliments, Marjolijn Sonnema a fait savoir que son pays  travaillait en partenariat avec l’Algérie pour la promotion de la filière  lait et l’échange d’expertise et de connaissance dans ce domaine.  La ministre néerlandaise a également précisé que le développement de la  filière du lait passe par un travail continu et sérieux au niveau des  exploitations d’élevage bovin et des chambres froides, soulignant  l’importance de veiller au traitement et au contrôle continu du lait. S’agissant d’échange d’expériences et d’expertises avec l’Algérie, Mme  Sonnema a évoqué un projet commun mis en place au niveau de la wilaya de  Guelma, visant à assurer la formation des spécialistes dans l’élevage  animal afin d’intensifier leurs connaissances dans ce domaine. Lors de son intervention, un des membres fondateurs d’une association  activant dans le domaine de la protection et de la promotion du fromage  algérien, Samir Messaili a mis en avant l’impératif de protéger les marques  commerciales contre toute tentative d’imitation ou de vol, relevant  l’importance de fournir des informations exactes sur les produits afin de  protéger le consommateur. Il a, en outre, mis l’accent sur l’importance de développer la filière de  la production laitière afin d’apporter une valeur ajoutée au marché  national, tout en accompagnant les experts locaux pour aboutir à une  production nationale de bonne qualité. Les intervenants lors de cette rencontre, ont mis en avant, par ailleurs,  la nécessité de faciliter aux investisseurs l’accès au foncier leur  permettant de mettre en place leurs projets à l’exemple de la réalisation  de fermes et de coopératives intégrées en vue de promouvoir la production  laitière. S’agissant de la prise en charge de la richesse animalière lait, un expert  français en élevage animal a indiqué que la mise en place de superficies  sûres et saines pour les troupeaux constituaient une des conditions  indispensables tout en garantissant le contrôle et le suivi sanitaire. S’intéresser aux troupeaux de manière convenable permet, a-t-il ajouté,  d’améliorer indéniablement la production du lait, insistant sur  l’importance de veiller à garantir des parts alimentaires suffisantes et de  qualité pour les mammifères produisant du laitier.

Hameur M