Fin de cavale pour l’auteur présumé de l’attaque de Barcelone: Younès Abouyaaqoub, abattu par la police

0
1762

Younès Abouyaaqoub, l’auteur présumé de l’attaque, de jeudi, sur Les Ramblas de Barcelone, a été abattu par la police lors d’une opération à Subirats, commune à l’ouest de Barcelone, hier lundi 21 août alors qu’il traversait un champ agricole en voiture. Alertés par les propriétaires la police n’a pas tardé á mettre fin à sa cavale. L’homme portait ce qui ressemblait à une ceinture d’explosifs. Il était en fuite depuis les attentats. La confirmation officielle est tombée hier, lundi à 18h29, un homme a été abattu à Subirats et il s’agit bien de Younès Abouyaaqoub, le conducteur de la camionnette qui a foncé sur la foule à Barcelone.

Le bilan officiel revu à la hausse, 15 personnes sont mortes en lien avec les attentats

15 personnes sont mortes en lien avec les attentats, avait indiqué le responsable de l’Intérieur de Catalogne, Joaquim Forn, ce lundi 21 août. La 15e victime, tuée à l’arme blanche, était le propriétaire d’un véhicule dont s’était emparé Younès Abouyaaqoub dans sa fuite. En effet, trois heures après le drame sur les Ramblas, une Ford Focus avait échappé à un contrôle de police et était ensuite réapparue près de Barcelone, à Sant Just Desvern. Son propriétaire, Pau Pérez Villan, 34 ans, a été retrouvé mort à l’intérieur, blessé à l’arme blanche. Lorsqu’elle avait forcé un contrôle routier, les agents avaient ouvert le feu et, peu après, avaient aperçu quelqu’un partir en courant. Les policiers ont d’abord cru que Pau Pérez Villan avait été tué par un de leurs tirs, mais l’autopsie a révélé que son corps n’avait « aucun impact de balle », a déclaré Josep Lluis Trapero. Au total, les victimes, tuées et blessées, sont de 35 nationalités différentes, à savoir, portugaise, américaine, canadienne, italienne, argentine, belge, espagnole, australienne. Les trois ressortissants algériens blessés jeudi dans l’attentat terroriste de Barcelone ont quitté vendredi après-midi l’hôpital où ils étaient sous observation médicale, avait indiqué le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Chérif dans un communiqué parvenu à notre rédaction, précisant également que le dispositif de crise mis en place au ministère a été levé.

 La cellule djihadiste démantelé, un imam au centre de l’enquête

La cellule terroriste composée d’une douzaine de personnes et soupçonnée d’être derrière les attentats a été mise « hors d’état de nuire », avait assuré dimanche le responsable de l’Intérieur du gouvernement régional de Catalogne. Notant que La police espagnole se penche particulièrement sur le cas d’Abdelbaki Es Satty. Cet imam marocain, âgé d’une quarantaine d’années, est soupçonné d’avoir radicalisé les jeunes qui auraient rejoint le groupe djihadiste ayant commis les attentats de Barcelone et Cambrils. Selon la police catalane, citée par Reuters ce lundi 21 août, des indices solides établissent que cet imam aurait péri dans l’explosion, mercredi soir, d’une maison à Alcanar, en Catalogne, où la cellule à l’origine de la double attaque préparait « un ou plusieurs attentats » à l’explosif.

 Un hommage aux victimes sur les Ramblas

Cinq jours après les attentats meurtriers qui ont secoué la Catalogne, touristes et habitants de Barcelone se retrouvent nombreux sur Les Ramblas pour rendre hommage aux victimes. Le lieu de l’attaque est devenu un mémorial où les passants se font des accolades et s’embrassent en échangeant quelques mots.