Fin de confinement à Wuhan – La Chine: Le Covid-19 continue de sévir dans le monde

0
134

Après deux mois et demi de confinement, le bouclage de Wuhan dans le centre de la Chine, berceau du «Covid-19», a été levé, alors que la pandémie de coronavirus continue de sévir à travers le monde avec un bilan de près de 83 000 morts.

Le «Covid-19», ce virus mystérieux et très contagieux, est apparu, selon plusieurs sources, en décembre 2019 à Wuhan. Les autorités sanitaires ont pointé du doigt un marché de cette ville vendant des animaux exotiques vivants, où le nouveau coronavirus aurait pu se transmettre à l’homme. Un bouclage total de la ville a été ensuite imposé, le 23 janvier dernier, pour freiner la propagation de l’épidémie. Le reste de la province environnante du Hubei avait également été bouclé de la fin janvier à la fin mars derniers. Des dizaines de millions de personnes étaient concernées. Avec la propagation du virus dans le monde, de nombreux pays ont adopté des mesures similaires. La moitié de l’Humanité subit désormais une forme de confinement. Mardi à minuit, la quarantaine imposée à la population de Wuhan a pris fin et les passagers ont commencé à prendre d’assaut gares routières et ferroviaires, selon des correspondants de presse sur place. L’aéroport de la ville a, pareillement, repris son activité. Les journaux chinois ont salué, unanimement, la levée du bouclage, avec un titre de Une qui revenait souvent : «Wuhan, content de te revoir après tout ce temps». Toutefois, les contrôles restent stricts, et seules les personnes certifiées en bonne santé peuvent sortir, a-t-on indiqué. La veille de la levée du bouclage et pour la première fois depuis le début de l’épidémie, le ministère chinois de la Santé n’avait fait état d’aucun nouveau décès lié au «Covid-19» dans le pays. Wuhan est de très loin l’endroit le plus endeuillé par l’épidémie en Chine : plus de 2500 personnes y sont mortes, sur un total de plus de 3330 décès dénombrés dans le pays. Ville où est apparu le nouveau coronavirus à la fin de 2019, elle était la première du monde a subir un confinement draconien.

Un bilan journalier désastreux aux USA Le bilan humain dans le monde où le «Covid-19»  continue de sévir s’est élevé, ce mercredi, à plus de 1,4 million de personnes contaminées et au moins 82 721 morts dans 192 pays depuis son apparition en décembre 2019  en Chine, selon des chiffres officiels. L’Europe est le continent le plus touché par cette pandémie : L’Italie vient en tête avec au moins 17 127 décès, l’Espagne 14 555, les États-Unis 12 911, la France 10 328, et le Royaume-Uni 6159 décès. Pour rappel, le Premier ministre britannique,  Boris Johnson, testé positif au «Covid-19», était,  toujours, hier, dans une unité de soins intensifs. «Son état est stable», a-t-on précisé, à Londres. Aux USA,  l’État de New York, épicentre américain de l’épidémie, a enregistré, ce mardi, un nouveau record de 731 morts en 24 heures, pour un total de 5489 décès. Au total, près de 2000 personnes contaminées par le nouveau coronavirus sont mortes aux États-Unis en 24 heures, selon le comptage, de ce mardi, de l’Université «Johns Hopkins». Il s’agit du pire bilan journalier dans le monde depuis le début de la pandémie. Et en nombre de cas, les USA sont le pays le plus touché, avec 399 929 contaminations officiellement recensées. Le Président Donald Trump, a reconnu, avant-hier, que le pays «est durement frappé», tout en menaçant de suspendre le financement américain à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), reprochant à celle-ci d’être «trop favorable» à la Chine en matière de gestion de la crise sanitaire. Afin de récapituler, l’Europe a totalisé, hier, à 11h GMT 58 627 décès pour 750 276 cas, les USA  et le Canada 13 309 décès (417 740 cas), l’Asie 4395 décès (125 215 cas), le Moyen-Orient 4234 décès (88 158 cas), l’Amérique latine et les Caraïbes 1570 décès (39 297 cas), l’Afrique 537 décès (10 605 cas), et l’Océanie 54 décès (7000 cas). L’Iran est le pays le plus touché par le «Covid-19» dans la région du Moyen et Proche-Orient avec un bilan officiel de 3993 morts. Tous ces bilans sont réalisés à partir de données collectées par les médias auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’OMS. Par ailleurs, la branche européenne de l’OMS a déclaré, ce mercredi, qu’en dépit de «signes positifs» observés dans certains pays de la région, il était trop tôt pour réduire les mesures de prévention afin de contenir la propagation du nouveau coronavirus. «Ce n’est pas le moment d’assouplir les mesures. Il est temps de doubler et de tripler une fois de plus nos efforts collectifs en faveur de l’élimination (du virus), avec le soutien de la société tout entière», a affirmé Hans Kluge lors d’une conférence de presse diffusée en ligne depuis Copenhague, capitale du Danemark.