Finale de la CAN : Algérie- Sénégal, demain (20h) au Caire- Les Verts face à leur destin !

0
86
PPAgency

Le grand jour est arrivé pour les Verts qui attendaient ça depuis 29 ans. 29 ans de disette et de traversée de désert au point où l’on ne croyait plus aux chances de l’équipe nationale sur la scène continentale.

A force d’y jouer les faire-valoir, on a fini par se faire une raison selon laquelle l’Afrique est inaccessible pour nous. Voilà que la bande de Djamel Belmadi prouve le contraire au moment où on l’attendait le moins. Du moins les spécialistes et les observateurs n’ont pas vraiment pensé à l’Algérie quand il fallait désigner à l’avance le futur vainqueur de la CAN. Il y avait d’autres sélections qui la devançaient au classement des favoris, mais la réalité du terrain et la glorieuse incertitude du sport ont fait que tous les pronostics soient déjoués. Pendant ce temps, le sélectionneur national, droit dans ses bottes, n’a jamais changé de discours. Depuis le départ, il a déclaré qu’il n’allait pas en Egypte avec son équipe pour faire de la figuration. Ni arrogance, ni prétention démesurée dans ses propos seulement une folle envie, une grande détermination et de la volonté ressenties chez sa troupe. Avec ces qualités non négligeables dans ce genre de compétition, il pensait pouvoir réussir quelque chose à la CAN. Le voilà aujourd’hui en finale soutenu par tout un peuple qui ne vit désormais que pour sa sélection. Demain à 20h au stade du Caire, ils seront des milliers à donner de la voix pour pousser Mahrez et ses coéquipiers pour la victoire et décrocher ce trophée tant convoité qui nous fuit depuis des décennies.

Tout acquis à la cause des Verts, comme les dizaines de millions d’Algériens qui seront derrière des grands et petits écrans à suivre fébrilement et passionnément les péripéties de la finale. Le pays s’arrêtera de respirer le temps d’une rencontre. Il est plus que temps pour nous de décrocher une deuxième étoile. Il y va de la notoriété du football algérien considéré comme l’un des meilleurs du Continent,  mais cela ne se traduit pas vraiment au plan comptable, avec une seule et unique consécration. Pauvre palmarès, pour un pays qui a enfanté des génies du ballon rond, comme Lalmas, Mekhloufi, Belloumi, Madjer, Assad, Dahleb et tant d’autres toutes générations confondues. Il sera juste de réparer cette anomalie. Mahrez et compagnie s’en chargeront, ce soir. Du moins, on l’espère. Il faut qu’ils oublient ce qu’ils ont accompli jusqu’à présent pour se focaliser sur le match de demain comme si leur vie en dépendait.Cela dit, la partie ne sera guère de tout repos face à un adversaire dont les ambitions sont aussi grandes que les nôtres. Le Sénégal court derrière son premier titre africain et il est persuadé que c’est le moment où jamais de le décrocher. Emmenés par une pléiade de joueurs talentueux à leur tête Sadio Mané, les Lions de la Teranga sont pleins d’espoirs. Ils savent qu’ils ont un bon coup à jouer.« Sans prétention aucune, notre objectif depuis le début du tournoi, c’était d’arriver en finale. Nous sommes favoris. Il faut à un moment donné ne pas se voiler la face et dire les choses telles qu’elles sont. Maintenant, nous avons la chance d’être là (en finale), et nous devons la saisir », a confié Mané dans une entrevue avec le site de la BBC. Revenant sur le match perdu par son équipe contre l’Algérie en phase des poules, le joueur de Liverpool a remis en cause l’arbitrage tout en assurant que ce sera une source de motivation supplémentaire pour battre les Verts ce vendredi. « Je n’aime pas trouver des excuses mais tout le monde a constaté ce qui s’est passé dans ce match. On est conscients qu’ils (Algériens) nous ont battus. On aimerait bien remporter ce match. Maintenant, on est tous les deux en finale. J’estime que ce n’est pas une revanche mais plutôt une motivation de plus pour aller les battre. Et nous allons les battre », affirme-t-il.

Sans vraiment craindre outre mesure la sélection sénégalaise qui n’est plus à présenter au demeurant, les Verts devront néanmoins la prendre très au sérieux, comme ils l’ont d’ailleurs fait contre leurs précédents adversaires, la Côte d’Ivoire et le Sénégal. Ce match face au Sénégal sera du même acabit avec cependant un enjeu beaucoup plus grand. Belmadi n’aura pas besoin de motiver ses poulains. Le plus important est de continuer à jouer de la même détermination, envie et abnégation. Ces mêmes qualités qui leur ont permis d’atteindre la finale. Peu importe le onze qui sera aligné, c’est collectivement que les Algériens ont fait la différence jusque-là et c’est collectivement qu’ils remporteront la Coupe d’Afrique…ou pas.Enfin, il faut rappeler qu’une finale ne se joue pas, elle se gagne…