Finances- Raouia : « Le financement non conventionnel vise à préserver le rythme de croissance économique et sociale du pays »

0
735

Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouia, a affirmé que l’adoption du financement non conventionnel vise à préserver le rythme de croissance économique et sociale que connait le pays. Il sera accompagné par des réformes structurelles de nature à rétablir les équilibres financiers durant la période fixée dans le projet de loi sur la monnaie et le crédit.

M. Raouia  a évoqué le contexte économique et financier particulier ayant motivé l’élaboration du projet de loi ainsi que les motifs qui ont amené le Gouvernement à adopter ce mode de  financement non conventionnel, indique un  communiqué de la Commission  des affaires économiques et  financières du Conseil de la nation.

« L’adoption de ce mode de financement a pour objectif de couvrir les besoins du Trésor public, en tant que mesure exceptionnelle dont l’objectif premier est de préserver le rythme de croissance économique et sociale que connait le pays », a expliqué le ministre.

La Commission s’attelle à l’élaboration de son rapport préliminaire sur le  projet de loi complétant l’ordonnance 03-11. Le projet de loi en question a été adopté dimanche dernier à la majorité par les députés de l’Assemblée populaire nationale (APN) lors d’une séance  plénière. Ce projet de loi prévoit dans l’article 45 bis que la Banque d’Algérie  procède, à titre exceptionnel et durant une période de cinq années, l’achat  directement de titres émis par le trésor pour la couverture des financements du trésor et le financement de la dette publique interne et permettre au trésor, s’il est nécessaire, de financer le Fonds national  d’investissement (FNI), dans le cadre des contributions de l’Etat aux  investissements ou des financements à long terme de programmes publics  d’investissement.

Ce projet complète les dispositions de l’ordonnance N 03-11 du 27 Djoumada el Thani 1424 correspondant au 26 aout 2003, relative à la monnaie et au crédit, amendée et complétée par l’article 45 bis. L’article 45 bis stipule: la banque d’Algérie procède, à titre  exceptionnel et durant une période de cinq années, à l’achat directement  auprès du trésor, de titres émis par celui-ci à l’effet de participer notamment à la couverture des besoins de financement du trésor, au financement de la dette publique interne  et au financement du Fonds national d’investissement (FNI). Il constitue un mécanisme d’accompagnement de la réalisation d’un  programme de réformes structurelles économiques et budgétaires, devant  aboutir, au plus tard, à l’issue de la période susvisée, notamment au rétablissement des équilibres de la trésorerie, de l’équilibre de la balance des paiements. Un mécanisme de suivi de la mise en œuvre de cette disposition, par le trésor et la Banque d’Algérie, est défini par voie réglementaire.