Fiscalité: Les recettes budgétaires effectives en hausse en 2017

0
484
Photo conception L'Echo d'Algérie@

Les recettes budgétaires globales effectivement réalisées en 2017 ont connu une hausse de 14,2% et se sont chiffrées à « 5.432,9 milliards de dinars (mds DA) contre 4.758,9 mds de DA en 2016 ».

En comparaison avec les prévisions de la Loi de finances 2017, l’on constate que les recettes réalisées, sont à peine plus faible. La LFC avait tablé sur des recettes de 5.635,5 mds DA et de 2.200 mds DA pour ce qui est de la fiscalité pétrolière. Cette dernière a atteint  les  2.126,9 mds DA en 2017 contre 1.682,6 mds DA en 2016 (+26,4%), soit 39,2% des recettes budgétaires globales effectives.   Selon Brahim Benali, Directeur des relations publiques auprès de la Direction générale des impôts (DGI), les ressources ordinaires effectives, ont  également connu une hausse. Elles se sont chiffrées à « 3.305,9 mds DA en 2017 contre 3.076,4 mds DA en 2016 » représentant une augmentation de 7,7%.  Quant aux recettes de la fiscalité ordinaire effectivement recouvrés par la Direction générale des Impôts (DGI), elles se sont « chiffrées à 2.892 mds DA en 2017 contre 2.636,8 mds DA en 2016 (+9,7%) ». Ce résultat, estime Benali a pu être obtenu grâce aux efforts consentis par les services de l’administration fiscale. Par période,  les recettes budgétaires globales effectives recouvrées, de janvier à fin février 2018, ont atteint « 910,1 mds de DA contre 821,5 mds DA durant la même période de l’année 2017 (+10,8%) ».  La fiscalité pétrolière recouvrée durant les deux premiers de 2018 a atteint « 438,6 mds DA contre 344,8 mds DA durant les deux premiers mois de 2017 (+48,2%) ». Quant à la fiscalité ordinaire, elle s’est chiffrée à 471,5 mds DA en janvier-février 2018 contre 476,7 mds DA sur la même période de 2017.  L’impôt sur le revenu global effectif (IRG appliqué aux  salariés et non-salariés), a augmenté de 8% en s’élevant à « 776 mds DA en 2017 contre 720 mds DA en 2016 ». La part de l’IRG provenant des salaires, qui représente 88% de l’IRG a atteint « 683,6 mds DA », alors que  l’IRG non-salariés, na représenté comme part dans l’IRG global que 12%  avec un montant de 92,4 mds DA.  S’agissant de l’impôt sur le bénéfice des sociétés (IBS), il a rapporté 380,4 mds DA en 2017, en hausse de 10% par rapport à 2016.  Concernant la Taxe sur l’activité professionnelle (TAP), son montant recouvré a atteint 206,5 mds DA à fin 2017 contre 203,4 mds DA en 2016 (+2%). Les revenus de cette taxe sont totalement affectés aux Collectivités locales. Les recouvrements au titre de l’impôt forfaitaire unique (IFU) se sont chiffrés à 33,3 mds DA contre 28,7 mds DA en 2016 (+16%).  Pour conclure, le directeur des relations publiques auprès de la Direction générale des impôts (DGI), a fait part de la volonté des pouvoirs publics à « financer toutes les dépenses de fonctionnement à l’horizon 2021 » par le biais de la fiscalité ordinaire, qui est quant à elle appelé à augmenté d’au moins 10% annuellement.