FLN : Les dossiers en suspens de candidature au Conseil de la nation « ne dépassent pas 10 »

0
43

Le coordonnateur de l’Instance dirigeante du parti du Front de libération nationale (FLN), Mouad Bouchareb, a indiqué, mardi à Alger, que les dossiers « en suspens » au niveau du parti concernant la candidature à la qualité de membre au Conseil de la nation ne dépassaient pas dix (10), assurant que des « décisions adéquates » seront prises à leur sujet.

« Les dossiers en suspens au sujet de la candidature à la qualité de membre au Conseil de la nation au nom du parti ne dépassent pas 10, pour lesquels des décisions adéquates seront prises », a déclaré M. Bouchareb lors d’une conférence de presse à l’issue de sa rencontre avec l’ancien secrétaire général du parti, Abdelaziz Belkhadem, soulignant que ces dossiers ont été mis en suspens pour différentes raisons. Soulignant que « les candidats du parti désirant occuper des postes de responsabilité en matière électorale doivent s’imprégner des valeurs et des principes du parti », M. Bouchareb a relevé que le FLN est « un réservoir des compétences et des cadres ». A une question sur le candidat du parti à la prochaine élection présidentielle, M. Bouchareb a souligné que « l’actuel mandat du président n’est pas arrivé à son terme et notre parti soutient le président de la République ». Pour sa part, M. Belkhadem a salué « la décision du président Bouteflika qui a chargé M. Mouad Bouchareb d’une nouvelle mission consistant à corriger la ligne du parti et à reconstruire ses structures conformément aux fondements reflétant le message du parti qui repose sur le rassemblement », affirmant, dans ce sens, son soutien au coordinateur de l’instance dirigeante du parti. »Cette mission est difficile mais pas impossible d’autant qu’elle peut être concrétisée par la mise en place d’un plan d’action et le choix des moyens et des valeurs en lesquels croit le FLN », a-t-il ajouté. M. Belkhadem a mis en avant que l’action future du FLN doit « exclure les intrus du parti et lutter contre la corruption », soulignant la nécessité de revenir au « mécanisme du vote à bulletin secret à commencer par le poste de secrétaire de Kasmate jusqu’au plus haut poste de direction ».

Ahsene Saaid