Football: Dossiers brûlants sur la table de la LNF

0
88

Deux sujets importants retiennent particulièrement, en ce moment, l’attention de l’opinion sportive. Il s’agit de la reprise ou pas du championnat et de l’affaire dite de l’enregistrement sonore mettant en cause l’intégrité du directeur général de l’ESS, Fahd Halfaia.

Si pour le championnat il n’y a rien de nouveau tangible, sauf que la tendance pencherait plutôt vers l’arrêt de la compétition, la prolongation de la période de confinement jusqu’à la mi-juin, le suggère en tout cas. En revanche, en ce qui concerne l’autre dossier chaud de l’actualité, l’audition, jeudi, du manager Saâdaoui Nassim, par la commission de discipline de Ligue, contredit complètement la version du dirigeant sétifien. Ce dernier avait déclaré que le fameux enregistrement sonore était un faux, monté de toutes pièces pour nuire à sa personne. Saâdaoui, par contre, confirme l’authenticité du document et semble serein à ce sujet. «Halfaia a donné sa version, j’ai donné la mienne avec des preuves et demain la vérité sera dévoilée au grand jour et la justice va faire son travail. L’enregistrement n’a pas été fabriqué et cela sera prouvé avec le temps», dira-t-il à la presse au sortir de son audition par les membres de la commission de discipline de la LNF. Il a tenu à préciser, par ailleurs, qu’il a été entendu en tant que témoin. L’affaire semble avoir pris d’autres proportions, puisque d’autres dirigeants de clubs seront convoqués par la Ligue, ce dimanche, pour audition, comme l’indique la LNF dans un communiqué publié sur son site officiel. Il s’agit du président de l’US Biskra, Benaïssa Abdellah et celui du CABBA, Benhamadi Anis. Il faut s’attendre dès lors à de nouveaux rebondissements dans cette affaire scabreuse qui vraisemblablement n’a pas encore livré tous ses secrets. Il est à noter aussi que les deux principaux «protagonistes» seront de nouveau convoqués devant la commission de discipline, pour ce 1er juin. Cette fois pour une confrontation qui promet d’autres révélations. Invité, hier sur les ondes de la Chaîne III, à donner son avis sur le sujet, le président de la LNF, Abdelkrim Medouar, a reconnu que le manager, Saâdaoui, a apporté de nouveaux éléments au dossier. Il a par ailleurs confirmé le face-à-face entre les deux hommes devant la Commission de discipline, prévu le 1er juin. Medouar a rappelé que ladite commission est composée de membres compétents et de métier. «Ce sont des hommes de loi qui savent ce qu’ils font», a-t-il ajouté, tout en exhortant les médias à ne pas perturber son travail. En tout cas, l’opinion publique suit avec assiduité ce dossier. Tout le monde est curieux de savoir sur quoi il va déboucher. L’on craint néanmoins que malgré les preuves, cette affaire ne soit bâclée ou étouffée, comme beaucoup de cas similaires qui se sont déroulés par le passé. Maintenant à propos de la compétition, Medouar semble favorable à un arrêt définitif de la compétition. «Si ça ne tenait qu’à moi, il n’y aura pas de reprise», a-t-il confié, tout en ajoutant qu’il sera difficile aux clubs de se soumettre aux conditions draconiennes imposées par les autorités sanitaires, en cas de reprise de la compétition. Il précisera néanmoins que la décision reviendra en dernier recours aux hautes instances du pays.

Ali Nezlioui