Formation aux métiers de l’eau: 20 nouvelles spécialités proposées à partir de l’année prochaine

0
61

Le ministre des Ressources en eau, Arezki Berraki, a mis l’accent, samedi à Alger, sur l’importance de la formation dans l’amélioration du niveau des cadres du secteur en vue de garantir des services de qualité aux consommateurs, annonçant la création de 20 nouvelles spécialités de formation aux métiers de l’eau à partir de l’année prochaine.

«La formation figure parmi les projets du secteur en vue de préserver la pérennité des ses institutions et valoriser la ressource humaine», a indiqué le ministre qui coprésidait avec la ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Hoyem Benfriha, la cérémonie de lancement de la nouvelle année de formation au profit des cadres des ressources en eau organisée au Centre national de la formation aux métiers de l’eau relevant de l’Algérienne des eaux (ADE) à Alger. L’encadrement et la qualification adoptés par le secteur vise à s’adapter aux nouveautés de ce domaine sur les plans technique et technologique, a-t-il expliqué, relavant que les métiers de l’eau nécessitent une adaptation continue aux développements technologique et numérique. «Nous comptons créer près de 20 nouvelles spécialités dans les métiers de l’eau à partir de l’année prochaine», a-t-il révélé. Le premier groupe des cadres installés récemment au sein de l’ADE sera formé durant la nouvelle année de formation, a-t-il fait savoir. Les établissements de formation relevant du secteur des ressources en eau ont créé une plateforme d’échange entre les techniciens, les experts et les travailleurs du secteur à travers le pays, a ajouté le ministre. M. Berraki a évoqué l’importance accordée par le projet d’amendement de la Constitution soumis à référendum  le 1er novembre à la préservation de l’eau pour les futures générations.

Les jeunes attirés par les métiers de l’eau et de l’environnement Pour sa part, la ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Hoyam Benfriha, a indiqué que sa visite au Centre nationale de formation aux métiers de l’eau, lui avait permis de s’enquérir des capacités dont dispose le secteur en matière de formation qui constitue un élément- clé pour le développement économique. «Ces programmes de formation permettront de développer les capacités des établissements et de leur personnel», a-t-elle souligné. Evoquant les spécialités assurées par son secteur qui couvrent les activités principales de l’économie nationale, dont le nombre est de 495 spécialités réparties sur 23 filières professionnelles, la ministre a rappelé le grand nombre d’apprentis dans les filières de l’eau et de l’environnement au niveau de son secteur, faisant état de 22 spécialités dont la réhabilitation et la maintenance des infrastructures des eaux, l’entretien des réseaux d’alimentation en eau potable, l’exploitation des barrages et des stations d’épuration et bien d’autres. Le nombre des diplômés dans la filière des eaux est de 1812, tous niveaux confondus, sur un total de 5127 apprentis au niveau des différentes filières de l’eau et de l’environnement, avance Mme Benfriha. Par ailleurs, la ministre a évoqué les articles 65 et 66 de l’amendement de la Constitution qui mettent en avant «l’importance de la formation dans le développement des compétences et des capacités des entreprises nationales outre le renforcement de l’action commune entre les secteurs. Les deux ministres ont visité les différentes classes et ateliers du centre national de formation aux métiers de l’eau où ils se sont enquis du déroulement des unités d’enseignement tout en inspectant les équipements utilisés dans la formation pratique. Par la même occasion, un amphithéâtre relevant du Centre national de formation aux métiers de l’eau a été baptisé du nom du défunt Ahmed Hammadi, ancien cadre des ressources en eau.

Vers l’intégration des centres de formation relevant du secteur des ressources en eau dans une SPA Le secteur des Ressources en eau prévoit l’intégration des centres de formation relevant de son institution dans une seule société par actions (SPA), indique, samedi, le directeur général de l’Algérienne des eaux (ADE), Smaïl Amirouche. S’exprimant en marge de la cérémonie d’ouverture de la nouvelle année de formation des cadres du secteur des Ressources en eau au Centre national de formation aux métiers de l’eau (CNFME) relevant de l’ADE, M. Amirouche a précisé que l’intégration de ces centres intervient dans le cadre de la nouvelle approche du secteur visant à réaliser la complémentarité entre les différentes institutions du secteur. Cette démarche devra renforcer les centres de formation à même de couvrir toutes les spécialités et répondre à la demande exprimée au niveau des institutions du secteur des Ressources en eaux. Le secteur aspire également, à travers cette future SPA, à s’orienter vers la coopération et la complémentarité avec les autres secteurs pour la formation des cadres ne relevant pas du secteur et les techniciens étrangers, a-t-il expliqué. Selon M. Amirouche, ces centres visent à améliorer le niveau des fonctionnaires, des cadres et des responsables du secteur, outre une gestion efficace de la ressource humaine. Ces centres leur permettront de bénéficier de la formation adéquate, avant d’accéder à des postes de responsabilité, de prendre connaissance de la politique de l’institution et de mieux assimiler sa stratégie et ses normes dans la gestion, a-t-il ajouté. Il est procédé actuellement à l’accompagnement d’un groupe de cadres ayant été installé récemment afin de leur permettre une meilleure maîtrise des rudiments de la gestion, en renforçant leurs qualifications et compétences complémentaires en vue d’améliorer leur rendement, notamment en matière de numérique. Concernant le domaine de coopération avec le secteur de la formation, le DG de l’ADE a fait état de la coordination bilatérale pour l’élaboration de programmes pédagogiques, ajoutant qu’il est prévu d’élargir cette coopération à d’autres domaines.

Synthèse / Yasmine D.