Formation professionnelle : «  Toutes les dispositions ont été prises pour la  réussite de la 2e session » annonce Mebarki

0
629

 Le ministre de l’Enseignement et de la Formation  professionnels, Mohamed Mebarki, a indiqué, hier à Alger, que toutes les  dispositions ont été prises pour la réussite de la deuxième session de la  formation professionnelle, dont la rentrée aura lieu le 24 février, à même  d’assurer une formation de qualité Intervenant au forum d’El-Moudjahid, M. Mebarki a mis l’accent sur les  efforts déployés par son département pour le développement du secteur,  notamment en terme d’infrastructures et de la formation pour une « meilleure  insertion » dans le monde du travail, avec l’objectif de « contribuer au  développement du pays ».

   Il a indiqué, à ce propos, que plus de 280.000 nouvelles places seront  mises à la disposition des stagiaires à l’occasion de la rentrée du 24  février, ce qui portera à 630.000 le nombre global de stagiaires.  Concernant les infrastructures de base, il a précisé que le secteur a été  renforcé par le recrutement de 2.000 formateurs pour les nouvelles  spécialités et l’ouverture de 600 postes budgétaires pour l’encadrement de  40 établissements de formation, s’ajoutant ainsi aux 1.255 déjà  fonctionnels, portant leur nombre à 1.295. Le ministre a ajouté, dans le même cadre, que le secteur a été renforcé  par la réception de 89 centres de formation professionnelle et  d’apprentissage (CFPA), 51 instituts nationaux spécialisés de formation  professionnelle (INSFP) et 11 instituts d’enseignement professionnel (IEP),  relevant les « progrès notables » enregistrés depuis 2014. Il a insisté, en outre, sur la nécessité d’élargir le nombre des centres  de formation à travers le pays pour « améliorer les capacité d’accueil et  augmenter le nombre de spécialités », le but étant de « répondre aux  exigences du marché du travail ».  M. Mebarki a relevé, par la même occasion, que les diplômés du secteur de  la l’enseignement et de la formation professionnels disposent d’une  « meilleure insertion » dans le marché du travail, compte tenu du fait que  leurs spécialités sont « très sollicitées » par les entreprises du secteur  économique, appelant, à cet égard, à une « meilleure communication » pour  encourager les jeunes à s’orienter vers les centres de formation. Evoquant les centres de formation privés, le ministre a appelé ces  établissements à respecter les cahiers des charges qui leur sont imposés et  à se conformer à la réglementation en vigueur.

H.H