Forum africain d’investissement et d’affaires à Alger : Près de 2 000 investisseurs seront présents

0
1068
Photo : L’Echo d’Algérie ©

La troisième édition du Forum africain d’investissement et d’affaires, qui se tiendra du 3 au 5 décembre prochain à Alger, verra la participation de près de 2 000 chefs d’entreprises dont bon nombre viendront des pays non africains.

En plus des ambitions d’engager une nouvelle dynamique économique dans le continent, le forum veut impliquer les opérateurs du reste du monde dans ce processus devenu inéluctable dans une conjoncture spéciale pour, notamment les pays dont l’économie dépend largement des recettes pétrolières. Animant hier, une conférence de presse sur l’évènement à Alger, conjointement avec le président du Forum des chefs d’entreprises, Ali Haddad, et la secrétaire générale du ministère de l’Industrie, Rabea Kherfi, le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, a annoncé que ce rendez-vous vise des objectifs purement économiques. L’évènement qui déroulera sous le thème : «Pour de nouvelles dynamiques économiques», vise, selon Lamamra, rendre de l’Algérie un carrefour des opérateurs du continent africain, et lui offrir l’opportunité de montrer son potentiel économique. L’occasion sera aussi, explique le ministre, une occasion aux opérateurs économiques non africains de participer à l’action économique en Afrique, tant les opportunités d’affaires ne manquent pas. L’objectif est donc non seulement, de tisser des relations bilatérales entre l’Algérie et les opérateurs africains, mais aussi entre les opérateurs eux-mêmes et avec les investisseurs du reste du monde. Le ministre a émis le souhait que ce rendez-vous, le premier du genre en Algérie, soit une réussite et se déroulera dans des conditions professionnelles en se basant sur la qualité de travail en sus du nombre élevé des invités aux travaux. Ramtane Lamamra a ajouté, que «l’Afrique dispose aujourd’hui des potentialités et les conditions nécessaires pour s’unir et bâtir une économie collective lui permettant de satisfaire la demande locale dans plusieurs domaines et pourquoi pas aller vers l’exportation en dehors du continent». Il a ajouté, que l’évènement auquel est convié le secteur privé au même titre que le secteur public, sera une opportunité pour l’Algérie de conquérir le marché africain et écouler ses produits sachant que les marchés européens, saturés, n’intéressent beaucoup l’Algérie. Le Forum africain des affaires traduit, ajoute le conférencier, «la volonté de l’Algérie de placer la question économique au cœur de sa diplomatie et répondre aux nouvelles orientations économiques adoptées au lendemain de la chute des cours du baril». Ramtane Lamamra a annoncé, qu’une commission mixte représentant différèrent ministères a été mise sur pied pour lister les entreprises, auxquelles les invitations seront envoyées pour prendre part à l’évènement et activant dans cinq secteurs à savoir : l’Agriculture, l’énergie, le numérique, le capital humain et les infrastructures. De son côté, le président du Forum des chefs d’entreprises, Ali Haddad, a indiqué que ce rendez vous qui sera consacré au développement de la coopération entre l’Algérie et les pays africains, est nourri d’ambition pour marquer l’engagement de l’Algérie pour une nouvelle vision économique et la politique portée par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Pour lui, les cinq domaines d’investissement sur lesquels repose la rencontre d’Alger sont des leviers qui «peuvent améliorer les conditions de vie de plus de 1.5 milliards d’africains et faire de l’Afrique une force économique». Il a estimé, que  la création de deux zones franches à Cherchell et Tamanrasset donnera un nouvel essor à l’économie africaine et permettra à l’Algérie de mieux se positionner économiquement dans le continent. C’est pour lui une double ambition qui permettra d’enclencher une dynamique économique inclusive entre l’Algérie et les reste des pays africains et entre les participants eux-mêmes.

S.N.