Forum de l’économie culturelle: Les espaces culturels sont des opportunités d’investissement

0
69

Les lieux et espaces culturels et artistiques est le thème retenu pour une conférence organisée dans le cadre du Forum de l’économie culturelle, qui s’est tenue du 3 au 5 avril au Centre international des conférences (CIC), Abdellatif-Rahal (Alger), consacrée à la présentation des expériences d’investissement culturel dans les domaines des arts plastiques, du théâtre, de la musique et des arts de la scène.

A cette occasion, Amel Mihoub, fondatrice et responsable de la galerie d’Art «Le paon» de l’Office de Riadh El Feth à Alger a présenté sa propre expérience dans l’organisation des expositions virtuelles d’art plastique dans le cadre d’une orientation numérique visant la promotion de l’art algérien et sa commercialisation via les réseaux sociaux. Elle a souligné que son établissement assurait l’organisation d’expositions virtuelles d’art plastique ainsi que des expositions de produits d’artisanat et des métiers artistiques manuels et s’intéresse à la formation artistique et aux sorties culturelles. Amel Mihoub a mis en exergue son expérience dans l’organisation des expositions artistiques virtuelles depuis la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus, une expérience qui a connu une importante affluence du public intéressé par l’art plastique algérien, toutes tranches d’âge confondues, selon un sondage qu’elle a élaboré récemment, citant à titre d’exemple l’expositions «Couleurs» et les œuvres du plasticien Bouchta Slimane et des étudiants de l’Ecole supérieure des beaux-arts (ESBA) entre autres. Evoquant les obstacles et les difficultés du marché de l’art et de la distribution des œuvres d’art plastique virtuelles, à l’instar de la problématique du paiement électronique pour un tel marché, elle a appelé à trouver des solutions et des facilités pour la commercialisation et la distribution électroniques et à remédier à cette situation qui freine le marché de l’art plastique algérien. Dans une communication intitulée «L’espace de l’innovation algérien», le compositeur Amine Dehane a mis en avant l’importance de se mettre au diapason du développement technologique et technique pour promouvoir le patrimoine et la culture algériens et changer les mentalités en matière de marketing artistique afin de s’engager dans la tendance mondiale. Il a ajouté également qu’il crée des morceaux de musique d’inspiration algérienne et avec des instruments locaux pour de la compagnie japonaise Yamaha, qu’elle commercialise à travers divers supports modernes. L’intervenant a abordé également l’importance de la protection des droits d’auteur et droits voisins pour les créateurs de musique et dans d’autres domaines culturels et artistiques, estimant que ce Forum est une précieuse occasion pour la rencontre des innovateurs et la lancement de projets d’investissement culturel afin de préserver la spécificité culturelle. De son côté, Saim Haddach Abdelelkader a évoqué l’expérience d’investissement dans le domaine théâtral de la coopérative «El-Basma» de Hammam Bou Hadjar (Aïn Témouchent), qui exploite depuis 2007 un bien vacant de l’Etat transformé en espace théâtral, soulignant que le but de cet investissement est le développement et la consécration d’une culture théâtrale. S’agissant des difficultés rencontrées, il a appelé le ministère de la Culture à intervenir auprès des autorités locales à l’effet de régulariser la situation du siège de la coopérative qui demeure fermé devant le public et les professionnel. De son côté, Maamri Faiza, propriétaire d’une entreprise d’investissement artistique a présenté son expérience dans la création d’un espace d’arts il y a 20 ans ainsi que ses projets et réalisations. Les travaux de ce Forum, organisé par le ministère de la Culture et des Arts sous le thème : «La culture, un investissement économique et sociétal», portent sur plusieurs axes, à l’instar des mécanismes de financement des investissements dans le secteur de la Culture et des Arts, la commercialisation du produit culturel et son rôle dans la dynamique économique, ainsi que sur des expériences et des visions en lien avec l’investissement culturel. Cette rencontre dont les travaux s’étaleront jusqu’au lundi est marquée par l’organisation de plusieurs ateliers autour de ces axes, ainsi qu’une exposition à laquelle prennent part nombre d’institutions culturelles, de starts-up, de micro-entreprises opérant dans le domaine culturel, des fonds et entreprises de financement, ainsi que des porteurs de projets. Ce Forum a pour but de consolider l’échange des connaissances et expertises entre experts algériens et internationaux dans le domaine de l’économie culturelle, d’une part, et entre les artistes et les porteurs de projets culturels et artistiques, d’autre part.