Généralisation du protocole de traitement à la chloroquine afin d’endiguer le «Covid-19»: Une option qui tient la route

0
114

Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, vient d’instruire d’élargir le traitement à la chloroquine à tous les cas positifs au coronavirus, a rapporté le journal Le Soir d’Algérie, dans son édition d’hier.

Prescrit au début, après adoption du protocole par le collège médical algérien, il y a 12 jours, qu’aux seuls cas jugés graves et présentant des formes sévères, il sera, désormais, élargi aux cas bénins confirmés, atteints par le virus «Covid-19», selon la même source. Cette décision est intervenue, après plusieurs appels des professionnels de la Santé et les recommandations des scientifiques. Il faut savoir que le protocole de traitement à la chloroquine comporte l’ hydroxychloroquine – 200 mg à raison de 3 fois par jour durant 10 jours, en association avec l’azithromycine cp 500 mg à raison 2 fois par jour pendant 5 jours. Également,  le protocole fait, autant, appel, à titre de traitement alternatif, au Lopinavir / Ritonavir, un comprimé de 200/50 mg à raison de 2 comprimés, deux fois par jour, en respectant les règles d’utilisation et ce, pendant 5 à 7 jours,  a indiqué le quotidien algérien Le Soir d’Algérie, citant des explications du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, prévenant, toutefois, que cette  prescription n’était toujours pas autorisée.

Un accompagnement psychologique aux patients atteints est recommandé Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, a affirmé la nécessité d’assurer un accompagnement psychologique aux patients contaminés et  aux patients suspects de l’épidémie du «Covid-19». Dans une directive adressée aux directeurs de la Santé, le département de Benbouzid, a souligné que «les impacts psychologiques entraînés par la crise sanitaire actuelle, nécessitent la conjugaison des efforts, en fonction des moyens de chaque wilaya et c’est en concertation avec les professionnels de la Santé, notamment les médecins spécialisés en médecine familiale et les psychologues». À cet effet, le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, a recommandé un accompagnement psychologique, en faveur des patients atteints du coronavirus, et ceux suspects d’être contaminés, leurs proches ainsi que les professionnels de la Santé. Il a ajouté, pareillement, qu’il fallait prendre toutes les mesures de prévention sanitaire afin de protéger les personnes, soutenant que l’accompagnement peut se faire via des moyens de consultation à distance ou par téléphone.

Yasmina Derbal / Ag.