Hadjar et l’ambassadeur de France examinent la coopération bilatérale: La Recherche scientifique en ligne de mire

0
329
Photo l'Echo D'Algérie@

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la  Recherche scientifique, Abdelkader Hadjar, a examiné « en profondeur », avec  l’ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt, qu’il a reçu, mardi,  à Alger, les voies et moyens susceptibles de « renforcer davantage les liens  de coopération qui existent entre l’Algérie et la France », a indiqué mercredi  un communiqué de son département ministériel.

Lors de l’audience qui les a réunis, les deux parties ont également passé  en revue l’ensemble des accords et conventions, soit 834 au total, signés  entre les universités algériennes et françaises. « Un chiffre qui reflète l’importance d’une telle coopération, notamment  dans le secteur de la Formation et l’Enseignement supérieur, ainsi que dans celui de la Recherche scientifique », souligne la même source. L’entretien a porté également sur d’autres dossiers, notamment, celui  relatifs aux instituts de Sciences et Technologies appliquées (ISTA), où le  secteur de l’Enseignement supérieur avait sollicité l’aide des experts français pour la création de ce genre d’instituts. « Des instituts qui participent d’une manière significative au  développement socio-économique des différentes régions du pays et dont la  première promotion, composée d’une quarantaine de diplômés opérationnels,  est sortie en 2017 de l’Institut des hydrocarbures de Ouargla »,  relève-t-on. La partie algérienne envisage dans ce cadre d’étendre, par ailleurs, ce  genre d’enseignement à Oran et Skikda par l’ouverture de deux autres  instituts, l’un concerne l’industrie automobile et l’autre les  hydrocarbures. Pour les deux parties, le bilan de cette coopération est  « très significatif et augure d’un avenir prometteur », selon la même source. Les deux parties ont ainsi manifesté leur désir de « pister » également de  nouvelles opportunités de coopération, notamment, dans le domaine de la  Recherche scientifique « pour une plus grande maitrise dans la  concrétisation des différents projets de recherche réalisés au niveau des  laboratoires des différentes universités algériennes », notamment dans le  cadre de la relation université-entreprise. De même qu’elles sont convenues d’encourager les publications des travaux  de Recherche scientifiques dans des revues de renom telles que « Scorpus » et autres, en vue d’améliorer le classement des universités algériennes. MM. Hadjar et Driencourt sont convenus aussi de favoriser la mobilité des  doctorants ainsi que la multiplication  des échanges de délégations entre les établissements universitaires  d’Algérie et de France, notamment, par la signature  de conventions inter-universités. D’autres questions ont, enfin fait l’objet de discussions entre les deux  parties, notamment celles relatives à la signature de nouvelles conventions  de coopération dans le domaine des Sciences médicales ainsi que sur celles  portant sur de nouvelles thématiques en matière de Recherche  scientifique.