Illizi: Des démarches  entreprises pour étendre le territoire de compétence du Parc culturel du Tassili

0
1826

Des démarches sont actuellement entreprises  pour étendre le territoire de compétence du Parc culturel du Tassili  (Illizi) vers la partie nord de la wilaya, afin de préserver et valoriser  le patrimoine culturel matériel et immatériel des communes qui s’y  trouvent, a déclaré hier  le directeur de la Culture de la wilaya.

Cette extension, suggérée déjà depuis déjà 2009 par l’Office du parc  culturel du Tassili, toucherait les régions nord de la commune d’Illizi,  ainsi que les communes d’In-Amenas et de Bordj Omar Idriss, sur une  superficie globale estimée à 73.243 km2, a indiqué Abdelhamid Morsli. Elle viendra s’ajouter à la superficie actuelle du Parc culturel du  Tassili qui est de l’ordre de 138.000 km2 et qui couvre près de la moitié  du territoire de la wilaya, à savoir les communes de Djanet et Bordj  El-Haouès, et le flanc Sud de celle d’Illizi, a-t-il ajouté. L’extension du territoire du Parc culturel du Tassili serait ainsi limitée  à l’Est par les frontières avec la Libye, au Nord par la RN-3 sur le  tronçon Hassi-Belguebour (Bord Omar Idriss) et Alghar (In-Amenas) via  Ohanet, à l’ouest par la wilaya de Tamanrasset et le Parc culturel de  l’Ahaggar, et au Sud par les limites actuelles du Parc culturel du Tassili. Selon le responsable, une représentation de l’Office du Parc culturel du  Tassili serait installée dans la commune de Bordj Omar Idriss (700 km Nord  d’Illizi), afin de valoriser et de préserver le patrimoine culturel  existant dans cette partie de la wilaya, et qui constitue un ajout  considérable à la richesse patrimoniale de la région du Tassili, a estimé,  pour sa part, le directeur de l’Office du parc culturel du Tassili, Cheikh  Eskoukafi. L’opération d’extension du plus grand musée à ciel ouvert du monde vise à  accorder un intérêt supplémentaire à la biodiversité saharienne et aux  populations de la région tout en les aidant à leur fixation, en plus de la  préservation de la diversité culturelle et naturelle de cette partie du  territoire avec la sauvegarde de son legs culturel ainsi que sa  valorisation et promotion pour en faire un élément d’attractivité  touristique, a souligné M. Morsli.