Ils concernent des hommes d’affaires, responsables civils et militaires: Ouverture des procès de la «Issaba» en juin

0
498

 

 

Le tribunal civil et militaire devrait ouvrir, en mois de juin prochain, des procès d’importants hommes d’affaires et des hauts responsables civils et militaires et toute personne ayant lien avec la bande «Issaba».

En effet, de lourds chefs d’inculpation sont retenus à leur encontre, entre autres, le faux et l’usage de faux, abus de fonction, avantages injustifiés en matière des marchés publics, le trafic d’influence, la dilapidation de l’argent public.

 

A cela s’ajoutent d’autres accusations dangereuses, telles que «l’atteinte à l’autorité de l’Armée» et «le complot contre l’autorité de l’Etat». Le premier procès programmé le 3 juin au tribunal de Bir Mourad Raïs concerne l’ancien président du Forum des chefs d’entreprise (FCE), Ali Haddad, accusé de détenir un second passeport et deux permis de conduire. «Sont convoqués en tant que témoins, le premier ministre, Noureddine Bedoui en sa qualité d’ancien ministre de l’Intérieur au moment des faits ainsi que le directeur du Centre de confection des documents biométriques», a-t-on appris de certaines sources.

L’avocat de Ali Haddad, Me Khaled Bourayou a fait savoir que l’accusation de «non-déclaration de devises» a été abandonnée, ajoutant que le deuxième passeport avait attribué à son client par des autorités habilitées et que son deuxième permis de conduire lui avait été également délivré en Algérie affirmant que ce dernier ne détient pas de passeport britannique. Une autre affaire qui n’est pas des moindres est programmée pour le 19 juin.

Elle concerne celle de Kamel Chikhi, dit «le boucher». Elle est relative aux 701 kg  de cocaïne saisie au port d’Oran dont 12 cadres et responsables dans le logement, parmi eux 6 promoteurs immobiliers sont impliqués. De son côté, l’homme d’affaires et le patron du Groupe Cevital, Issad Rebrab sera écouté, à la mi-juin, par le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’hamed. Rappelons que Rebrab a été placé en détention provisoire, le 22 avril dernier, pour fausses déclarations et surfacturation. Les frères Kouninef, en l’occurrence Réda, Karim, Abdelkader et Tarek seront eux-aussi auditionnés par le juge d’instruction dans des affaires liées à la corruption et la conclusion de marchés en violation du code des marchés publics. Selon toujours nos sources, le juge d’instruction militaire devrait auditionner une seconde fois à la seconde moitié du mois en cours Saïd Bouteflika, frère de l’ancien Président Abdelaziz Bouteflika, l’ancien patron du DRS, le général de corps d’armée Mohamed Mediène dit Toufik, le général-major Bachir Tartag, ancien coordinateur des services de renseignement et Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT). Les griefs retenus à l’encontre de ces derniers, dont «l’atteinte à l’autorité de l’Armée» et le «complot contre l’autorité de l’Etat», pourraient leur valoir des peines allant de 20 ans de réclusion, à la perpétuité et voire et une condamnation à la peine de mort.

Moussa O.