Impôts (gestion des dossiers des contribuables): Un nouveau système d’information en cours d’implémentation »

0
606

 Un nouveau système d’information est « en  cours d’implémentation » à la direction des grandes entreprises (DGE) pour  assurer une meilleure gestion des dossiers des contribuables et de  l’information échangée avec les différentes institutions bancaires et  douanières entre autres, a révélé mardi à Constantine, le directeur de  l’information et de la documentation fiscales auprès de la direction  générale des impôts (DGI).

Ce système d’information « déjà opérationnel dans une quinzaine de centres  des impôts (CDI) » était en cours d’implémentation dans la DGE avec le  concours d’un partenaire étranger spécialisé en la matière, a indiqué le  directeur de l’information et la documentation fiscale auprès de la DGI,  Belkacem Yacef, en marge d’une journée d’information sur la loi de finance  (LF) 2019 organisée à l’initiative de la chambre de commerce et  d’industrie, CCI- Rhumel en collaboration avec la DGI et la direction  générale des Douanes (DGD). L’implémentation de ce nouveau système d’information basé sur  l’informatisation et la numérisation du mode de gestion de l’administration  des impôts s’inscrit dans le cadre de la stratégie des pouvoirs publics  portant modernisation des toutes les administrations pour « un meilleur  service et une gestion convenable et fiable », a souligné le même  responsable, affirmant que l’administration de impôts s’est engagée dans  une « réforme structurelle ». Soulignant que toutes les dispositions nécessaires ont été prises pour  permettre l’implémentation de cette « solution informatique » dans le système  de gestion, dès la DGE (assainissement du périmètre d’intégration défini  par la loi, et l’identification fiscale notamment), M. Yacef a indiqué que  la mise en service de ce système aura lieu « incessamment dès la  finalisation des procédures d’usage avec les banques ». La mise en place de cette solution informatique « permettra » aux  entreprises relevant de la DGE, entreprises pétrolières, et sociétés de  droit algérien entre autres de souscrire leurs déclarations à distance et  de payer à distance pour davantage de célérité dans le déroulement des  transactions, a fait savoir le même responsable. Cette solution informatique marquée par « une adhésion considérable » des  contribuables affiliés aux centres des impôts de Sétif de Bordj Bou  Arréridj et d’El Harrach (Alger) notamment sera « ultérieurement »  implémentée dans 2 centres de proximité des impôts de Lakhdaria et d’Ain  Bessam (Bouira) en attendant « sa généralisation à travers toutes les  structures de la DGI », a fait savoir M. Yacef. De sa part, le représentant du ministère des Finances, M. Ahmed Mohand,  énumérant les avantages de la loi de finance 2019 en matière  d’encouragement de l’investissement et d’élargissement de l’assiette  fiscale, a insisté sur l’importance de recouvrer les créances fiscales au  profit du trésor public. Le financement non conventionnel adopté par l’Algérie pour faire face aux  défis de l’heure caractérisés par le recul du prix du pétrole a été  largement abordé au cours de cette rencontre d’information, mise à profit  par les experts pour affirmer que ce mode de finalement se fait dans un  cadre organisé et peut être « suspendu » si « la machine d’investissement et  de développement économique arrive à se démarquer ». Une cinquantaine d’opérateurs économiques activant à Constantine ont  assisté à cette rencontre d’information.

M.O