Industrie électronique et électroménager: Une phase de transition exigée pour stabiliser la production

0
58

L’Association des fabricants de produits électroniques et d’appareils électroménagers a appelé le gouvernement à le consulter dans le nouveau cahier des charges régissant l’activité de production de ces équipements, à remplacer le système «CKD» par d’autres procédures, en raison du développement d’une vision intégrée en tant qu’expert dans ce domaine, tout en insistant sur une étape transitoire pour que les producteurs passent du système précédent au nouveau système.

L’Association algérienne des fabricants de produits électroniques et d’électroménagers a organisé, il y a quelques jours, une réunion pour trouver des solutions à la situation critique du secteur, qui ne s’est pas remis des différents effets, problèmes et obstacles auxquels il a été confronté au cours de l’année 2019 pour plonger, ensuite, dans les conséquences de la pandémie du corona. Aussi, l’attente du nouveau cahier des charges régissant l’activité de production n’a fait que perdurer les problèmes des producteurs. L’Association des fabricants d’équipements et de produits électroniques affirme que son plan s’inscrit parfaitement dans la vision des autorités, qui vise à augmenter le taux d’intégration et à développer une industrie créatrice de richesse, d’emplois et de ressources en devises. Dans ce sillage, l’association affirme qu’elle est convaincue que le système «CKD» ne doit en aucun cas être une fin en soi, mais plutôt une étape pour que l’opérateur économique puisse faire montages et augmenter le pourcentage d’intégration, et atteindre la compétitivité. En conséquence, l’association adhère pleinement aux dispositions contenues dans la loi de finances pour l’année 2020, qui vise à remplacer le système «CKD» par un nouveau mécanisme favorisant l’intégration dans l’industrie locale et la manutention, souhaitant la consulter en tant qu’expert dans cette démarche. En sus, à travers le processus de concertation lancé par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, les fabricants algériens de produits électroniques et d’électroménagers se sont réunis en tant qu’experts du secteur, assurant qu’ils sont prêts, à travers ses représentants, à apporter des solutions pratiques qui assurent l’atteinte des objectifs, et faire de l’industrie de l’électronique et de l’électroménager une fierté nationale, comme cela se fait dans les pays leaders dans ce domaine. Dans ce contexte, une nouvelle vision a été développée par le groupe, qui est une vision globale qui n’exclut aucun opérateur, quelle que soit sa taille ou son niveau d’investissement, ce qui lui permet d’approfondir le pourcentage d’intégration tout en maintenant le niveau d’emploi et la stabilité du marché domestique, et établissant les règles techniques qui permettraient l’émergence d’une industrie compétitive au niveau international. Au final, l’association souligne que l’abandon du système actuel de «CKD» exige du temps pour la direction et les ingénieurs pour se conformer aux normes. Par conséquent, il est nécessaire d’établir une phase de transition pour stabiliser l’industrie, tout en permettant aux opérateurs de prendre des mesures pour s’adapter aux nouvelles exigences.

M-W. Benchabne