Jumelage institutionnel entre l’Algérie et l’Union européenne «L’économie algérienne va en profiter durablement», souligne Françoise Ror

0
19

Le projet de jumelage institutionnel entre l’Algérie et l’Union européenne (UE) va apporter un profit durable pour l’économie et l’industrie nationale, ainsi que toute la société algérienne en général, a estimé, hier, à Blida, la présidente du projet, Françoise Ror.

Dans une intervention au séminaire consacré au lancement d’un pôle de compétitivité agroalimentaire dans la Mitidja, abrité par l’université Saâd-Dahleb de Blida, Ror a soutenu que ce projet de jumelage signé entre les entreprises algériennes et leurs homologues européennes (France, Espagne et Finlande), portant, notamment, sur la création de pôles de compétitivité, va apporter un important profit pour l’économie algérienne. Ajoutant que les experts européens vont partager leur expérience avec leurs homologues algériens, en vue de la création de ces pôles, qui constitueront une base pour différents partenariats commerciaux et technologiques, entre autres, avec d’autres pôles et groupes français, espagnoles et finlandais. Outre, la diversification de l’économie algérienne, ce jumelage, financé par l’UE et inscrit au titre de la stratégie de soutien à l’innovation industrielle, va contribuer au rapprochement des compétences et l’émergence d’un produit de qualité aux normes internationales, facile de commercialisation, a-t-elle ajouté. A son tour, le président du Club des entrepreneurs et industriels de la Mitidja, Kamel Moula a souligné le grand intérêt de ce projet pour l’avenir de la région, en particulier, et l’Algérie de façon générale. La Mitidja est un champ d’activités multiples, avec un potentiel inestimable , notamment en matière d’agriculture et d’entreprises en agroalimentaire, constituant un climat d’affaires des plus encourageant pour l’innovation , a-t-il ajouté. Il a, en outre, fait part de l’adhésion de 300 entreprises de quatre wilayas du pays (Boumerdès, Alger, Tipasa et Blida) à cette initiative, au moment ou le comité représentatif du pôle compte 50 entreprises et organismes. Ce séminaire, dont l’ouverture a été assurée par le ministre de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, a vu l’animation de nombreuses communications par des experts algé- riens et européens, avec la présentation d’un nombre d’expériences en matière de pôles de compétitivité créés en Europe.