Kenya: Lutte contre le terrorisme : le Kenya plaide pour « une réponse  panafricaine »   

0
143

 

 

Le président kényan Uhuru Kenyatta a plaidé  mercredi pour « une réponse panafricaine » contre le terrorisme, à  l’ouverture à Nairobi d’une Conférence régionale africaine de haut niveau  sur la lutte contre le terrorisme et la prévention de l’extrémisme violent propice au terrorisme,  M. Kenyatta a appelé, à cette occasion, l’Organisation des Nations Unies (ONU), l’Union africaine (UA) et l’ensemble des pays du continent africain  à travailler ensemble en vue de parvenir à des solutions « urgentes et efficaces » pour lutter contre le terrorisme. 

Le président kenyan s’est félicité de la participation à cette conférence  du Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres et du Président de la Commission de l’Union Africaine, Moussa Faki Mahamat, une présence,  a-t-il dit, qui témoigne de l’engagement de ces deux grandes institutions à participer efficacement à la lutte contre le terrorisme, une menace pour le  monde entier. « On ne peut se limiter à contrer les attentats terroristes, nous devons  faire davantage pour s’attaquer aux racines du mal, lutter contre le recrutement et éradiquer les sources qui favorisent l’éclosion de ce phénomène », a soutenu le président Kenyatta lors de cette rencontre  organisée conjointement par le Kenya et le Bureau de lutte contre le terrorisme de l’ONU. 

Pour sa part, M. Faki a estimé qu' »une réponse sécuritaire au terrorisme  ne suffit pas en Afrique », mais qu’il faut penser à un développement durable du continent. 

Cette conférence est l’occasion propice pour « galvaniser la coopération »  entre l’UA et l’ONU en matière de lutte contre le terrorisme et de prévention de l’extrémisme violent, a-t-il soutenu, saluant à cet effet  l’appel lancé par le secrétaire général de l’ONU pour une « action multilatérale » en matière de lutte contre ce phénomène. 

Le Président de la Commission de l’UA a rappelé, dans ce cadre, que le  Kenya qui abrite cette conférence a souffert des conséquences du terrorisme  mais refuse toutefois d’en être victime en décidant de jouer un rôle moteur en matière de lutte contre ce phénomène planétaire qui n’épargne aucun Etat  partout dans le monde. 

De son côté, M. Guterres a plaidé pour une coopération multilatérale et  une action concertée entre l’ensemble des pays africains en matière de lutte contre le terrorisme et de prévention de l’extrémisme violent. La séance d’ouverture de cette conférence a été marquée par la présence de délégations de plusieurs pays.