La Cnas lance une campagne de sensibilisation / 1.500 cartes chifa bloquées pour fraude

0
1347

La Caisse nationale des assurances sociales (Cnas), s’engage dans une nouvelle lutte pour préserver les acquis et les droits des assurés sociaux et contribuer à la rationalisation des dépenses.

L’Agence d’Alger de la Cnas, a lancé, le 11 juillet, une vague compagne de sensibilisation et d’information qui s’étalera jusqu’à la fin du même mois. Le thème n’est autre que la lutte contre la fraude, informe un communiqué de la Caisse. Selon la source, 1.500 cartes chifa ont été bloquées pour utilisation frauduleuse tandis que 470.346 cartes n’ont pas été remises à leurs titulaires. L’Agence, compte ainsi sur le soutien tant des assurés sociaux que des officines pharmaceutiques conventionnées pour combattre le mauvais usage de la « carte chifa » dans les différentes opérations. La campagne est d’autant une opportunité pour l’Agence pour organiser des rencontres avec les représentants du SNAPO avec pour objectif, la vulgarisation des pharmaciens sur le phénomène de la « rétention des cartes CHIFA ». Une  pratique, informe-t-on de même source, est appelée à cesser car ne respectant pas les « règles conventionnées » et est « incompatible avec l’esprit professionnel ». Pour les jours, à venir, l’Agence, informe que des portes ouvertes  seront organisées au niveau de ses quartes structures et seront une occasion pour expliquer aux assurés sociaux  le caractère  personnel de l’utilisation de la carte chiffa. Les assurés sociaux doivent, indique-t-on, utiliser leur carte « rationnellement et judicieusement » tout en « s’interdisant de la confier à une tierce personne ou la laisser au niveau des officines pharmaceutiques ». En cas de perte de sa carte, l’assuré social devra aviser l’agence Cnas afin « d’éviter son utilisation déloyale par d’autres personnes ». Il importe de noter que la Cnas détient un système de contrôle lui permettant de mentionner les  « cas de fraude ou d’abus ». Selon les explications précédentes du  Directeur général de cet organisme, Tidjani Hassan Haddam, ce dispositif figure dans le  programme  de modernisation des mécanismes de gestion. Encore faut-il rappeler que dans le cadre de la rationalisation des dépenses et la préservation de ses équilibres financiers, la caisse a décidé en 2016, l’introduction d’une nouvelle gamme de prestations médicales, intégrée dans le cadre de la révision  du système du tiers payant. Elle s’est par ailleurs engagée à lutter contre les arrêts de travail intempestifs qui se font au détriment de la CNAS. Ces derniers représenteraient, un « coût important » à la Caisse.

Amel Driss