La Palestine: l’unité nationale étant la seule  arme de résistance contre le plan de paix américain 

0
91

 

 

L’ambassadeur de Palestine à Alger, Amine  Makboul a affirmé mardi à Alger que son pays rejetait « le deal du siècle »  et l’atelier de Bahreïn, ajoutant que le seul moyen de résistance contre cette transaction qui représente une tentative d’aliénation de la question  palestinienne, consistait en l’unité nationale et l’unification du rang national palestinien. 

Dans une allocution, prononcée lors d’un point de presse au siège  de l’ambassade de Palestine à Alger, M. Makboul a indiqué que cette  appellation (deal du siècle), visait l’aliénation de la question palestinienne, afin de permettre aux forces d’occupation israélienne  d’élargir leur hégémonie dans la région et d’isoler le peuple palestinien ». 

 La manouvre visant le peuple palestinien est menée au « nom de la  judaïsation d’El Qods, étant donné qu’elle est considérée comme +capitale  d’Israël+, du transfert de l’ambassade des Etats Unis à El Qods, de l’annulation du soutien de l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens  (UNRWA), de l’augmentation du nombre des colonies et des colons et de la violation de régions en Cisjordanie ». 

« Nous demandons aux pays arabes qui ont annoncé leur participation à la  conférence de congrès de Bahreïn, de ne pas participer à cette rencontre »,  a ajouté le diplomate palestinien, appelant tous les enfants du peuple palestinien et les factions nationales palestiniennes, à « resserrer les  rangs, à s’attacher aux constantes nationales et à s’unir autour de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) ». 

 Affirmant que le peuple palestinien ne comptait pas renoncer à ses  droits nationaux, l’ambassadeur a précisé que la nation arabe ne cessait de  montrer sa position en faveur de la cause palestinienne, où la majorité écrasante a refusé « le deal du siècle », à leur tête la Russie, la Chine,  l’Union Européenne et autres, appelant les pays à « éviter de céder aux pressions exercées par les Etats-Unis et aux fausses promesses, tout en restant attachés à l’initiative arabe de paix ». 

Makboul a mis l’accent sur l’impératif pour la communauté  internationale d’agir, notamment les grands pays, et ce dans l’objectif  d’imposer une conférence international qui adopte les résolutions de la légitimité internationale (les Nations unis), afin de demander des comptes  aux forces d’occupation au sujet des violations continues des droits du peuple palestinien. 

« Comment le Gouvernement américain peut-il faire preuve d’honnêteté dans  sa politique visant à instaurer la paix, alors que ce dernier considère El  Qods comme capitale d’Israël, légitime la colonisation, encourage le blocus et la politique de colonisation et interrompt les aides à l’Agence des  Nations unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) », s’est-il interrogé, soulignant que la cause palestinienne n’a qu’une seule et unique solution,  à savoir l’établissement d’un Etat palestinien indépendant sur les frontières du 4 juin 1967, avec pour capitale El Qods, conformément aux résolutions de la légalité internationale et à l’initiative arabe de  paix.