La retraite du gendarme du monde

    0
    852

     

    Le nouveau président des Etats-Unis mettra-t-il fin à son rôle très controversé de gendarme du monde? Selon le programme politique de Donald Trump, il serait grand temps de s’occuper du pays lui-même, de ces millions de laissés-pour-compte, réduits à la misère alors que le budget de l’armement ne cesse d’augmenter. Et de poser la question pertinente de savoir ce qu’ont concrètement ramené toutes ces expéditions en Afghanistan, en Irak, en Syrie…Des guerres très coûteuses. Déjà,   au congrès américain des voix s’élèvent pour demander aux autorités de s’occuper des affaires intérieures du pays et de renoncer graduellement au rôle néfaste et coûteux de gendarme du monde. Pour demander aussi de définir et de sévir contre le rôle joué par l’Arabie saoudite dans les attentats du 11 Septembre qui ont été commis, rappelons-le, par quinze terroristes saoudiens sur les dix-neuf qui ont pris part à l’assaut des tours jumelles. Et c’est toute la relation avec l’Arabie saoudite qui est ainsi remise en question. Une vieille relation basée sur un protectorat des Etats-Unis de la monarchie pétrolière contre une généreuse ristourne des recettes du pétrole. Et au jour d’aujourd’hui, tout le monde trouve son compte. Les Etats-Unis étaient assurés de revenus réguliers –on parle d’un tiers de la recette principale saoudienne- et l’Arabie saoudite, pouvait impunément s’adonner à son rôle favori, celui de déstabiliser les pays arabo-musulmans en y injectant le poison du wahhabisme, cette doctrine extrémiste qui prône un islam rébarbatif, coupeur de mains et de têtes. Selon donc la feuille de route de Donald Trump, ce sont les vivres -comprendre l’armement- qui vont être coupées à ce pays qui bombarde le Yémen et sème la division dans d’autres contrées. Ce n’est donc pas un hasard si un homme aussi inflexible que Vladimir Poutine applaudit à l’élection de Trump. C’est la fin de l’expansion US et surtout la troisième guerre mondiale qui est ainsi évitée avec la défaite d’Hillary Clinton, prête à déclencher un conflit nucléaire pour maintenir le rôle de gendarme du monde et d’allié d’Israël.

    A-B.H.