Lancement de la 15e édition du Prix international d’Alger de récitation, de  psalmodie et d’exégèse

0
486
Photo: PPAgency

La 15e édition du Prix international d’Alger de  récitation, de psalmodie et d’exégèse du Saint Coran a débuté dans la soirée de mardi, au Palais des expositions (Pins maritimes). Cet événement qui se déroule sous l’égide du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs  a connu la participation de 53 pays musulmans et des communautés musulmanes établies dans les pays occidentaux.

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa a présidé la cérémonie d’ouverture officielle de ce concours. Il a fait savoir dans son allocution que le prix avait été élargi à d’autres  pays arabo-musulmans et aux communautés musulmanes établies au Canada, aux  Etats Unis d’Amérique et en Allemagne.

Le ministre a rappelé que ce prix a été institué par le  président de la République, Abdelaziz Bouteflika en 2003. Ce prix reflète tout l’intérêt que l’Algérie porte au Saint Coran et vise  à découvrir les jeunes talents et à favoriser l’échange, en sus  d’encourager l’esprit de compétition.

« L’Algérie a de tout temps livré une bataille, sans trêve et sans merci,  contre l’ennemi et déjoué les complots et les vaines tentatives visant à la  déstabiliser, menée par ses vaillants enfants et ses institutions », a-t-il dit.

D’autre part,  M. Aïssa, a précisé que le peuple algérien mettra en échec tous  les plans visant à semer la fitna et la division et à consacrer le  sectarisme.

A cette occasion, des distinctions ont été remises à la famille du défunt  cheikh Mohamed Skander de Médéa et à Ahmed Driss Abdou et Fadhela Belaabid  de la wilaya de Sétif, en reconnaissance de leurs apports et contributions.

Un autre concours a été organisé  en parallèle. Il s’agit du concours national d’encouragement des jeunes récitants du Coran sera  au profit des enfants de moins de 15 ans.

Depuis son institution en 2003,  le prix international d’Alger de récitation, de  psalmodie et d’exégèse du Coran, se veut une tradition à perpétuer, à  travers laquelle des récitants venus de plusieurs pays musulmans concourent  à un même but et traduit l’attachement du peuple Algérien à ce livre sacré  et à sa religion.

Des présents seront remis aux lauréats de ce concours, lors d’une  cérémonie prévue le 27 Ramadhan à la Grande mosquée d’Alger.

Cet événement  qui s’étalera jusqu’au 11  juin a vu la présence du conseiller à la présidence de la  République, Ali Mohamed Boughazi, de représentants du Conseil de la nation  et de l’Assemblée populaire nationale (APN), ainsi que de membres du  Gouvernement, de représentants du corps diplomatique accrédité à Alger et  de représentants des institutions de l’Armée nationale populaire (ANP), de  la Gendarmerie nationale, de la sûreté nationale et de la protection  civile.