Le chef de l’Etat ne cesse de le réaffirmer L’unité du peuple algérien, une ligne rouge à ne pas franchir

0
56
Photo PPA

Devant les tentatives qui visent la stabilité du pays, l’unité du peuple algérien s’avère plus qu’une nécessité impérative, une ligne rouge à ne pas franchir et cela, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, n’a eu de cesse de le réaffirmer à chaque fois que l’occasion se présente.

Tout en appelant à la nécessité de consolider le front interne pour mettre en échec ce genre de complots, le chef de l’Etat a fait remarquer que «notre pays doit réussir l’acquisition du savoir et les moyens de développement économique et technique par nos générations montantes et maintenir l’attachement de notre société, tout entière, à ses références spirituelles et civilisationnelles authentiques». Il a ajouté que l’avènement de la mondialisation et des moyens de communication modernes ainsi que certains évènements ayant secoué le monde musulman et nouvelles idées «ont graduellement ébranlé notre cohésion idéologique et intellectuelle au point d’affecter la stabilité de l’Algérie et de la faire basculer dans l’enfer du terrorisme et des affres de la tragédie nationale ». Le chef de l’Etat a ajouté que «grâce à Dieu, à la volonté de notre vaillant peuple et à la résistance et aux sacrifices de notre Armée nationale populaire (ANP), digne héritière de l’Armée de la libération nationale (ALN), l’Algérie s’en est sortie en empruntant la voie judicieuse de la Concorde civile et de la Réconciliation nationale». Le président de la République a appelé, à ce propos, tous les Algériens à «contribuer au mouvement démocratique pluraliste dans le pays en plaçant l’Algérie et les intérêts suprêmes de son peuple au-dessus de tout autre considération». Ce message a été favorablement accueilli par la classe politique qui a relevé l’impérative nécessité de renforcer le front interne pour défendre la souveraineté nationale et déjouer les tentatives d’atteinte à la sécurité de l’Algérie. Cela passe inévitablement par une véritable prise en charge des problèmes sociales et des préoccupations soulevées par les populations, selon de nombreux acteurs politiques qui se disent «conscients que la défense de la souveraineté nationale exige le renforcement du front interne à travers le traitement des problèmes auxquels font face les Algériens afin de déjouer toute tentative visant à porter atteinte à la sécurité et à la stabilité de l’Algérie». Ils ont également souligné les énormes pressions exercées sur l’Algérie pour l’obliger à revenir sur ses décisions souveraines, estimant qu’après avoir échoué à l’entraîner dans le marécage du «printemps arabe», ces mêmes parties tentent aujourd’hui d’impliquer l’Armée nationale populaire dans la crise interne que traversent certains pays voisins. L’Algérie est aujourd’hui un pays stable, et ce, grâce à la mobilisation du peuple algérien et à la politique de réconciliation nationale initiée par le président de la République, ont-il relevé, tout en plaidant pour le renforcement du front interne, intérêt national oblige, car la stabilité du pays est une ligne rouge à ne pas franchir. A ce titre, ils ont fait admettre que grâce au président de la République, l’Algérie a surmonté de nombreuses épreuves qui ont failli causer l’éclatement, d’où la nécessité de consacrer l’entente nationale et de resserrer les rangs en vue de contrecarrer toute menace externe.