Le derby MCA- USMA n’a pas eu lieu: Comment on est arrivé à cette situation lamentable ?

0
53

Il n’y a pas pire gestionnaire que celui qui n’apprend pas de ses erreurs. Visiblement, le monde du football chez nous est immunisé contre la bonne gouvernance.

Sinon comment expliquer que chaque année l’on retombe dans les mêmes travers sans que l’on éprouve la moindre repentance, ni contrition, jetant le discrédit sur toute une pratique. Jusqu’à quand va-t-on supporter ces errements sans fin qui tuent le championnat à petit feu ? Avec le non-déroulement, hier, du plus grand derby de la capitale et probablement du pays entre l’USMA et le MCA, on a atteint sans doute le paroxysme de la bêtise et du désespoir. C’est une tâche noire qui va rester collée sur le paletot de la Ligue déjà souillé par de nombreux scandales. Celui-ci aurait pu être évité si tout le monde  avait fait preuve d’un peu de sagesse et de bon sens. Mais le jusqu’auboutisme des uns et des autres nous a mené vers un point de non retour. Un chemin sans issue duquel on peut plus faire marche arrière. Une équipe, l’USMA, qui s’entraine le plus normalement du monde à Bologhine, sous les yeux de quelques centaines de ses fans et en présence d’un service d’ordre renforcé,  au moment où son adversaire, le MCA, et les officiels l’attendaient au stade du 5-Juillet pour un match qui n’aura finalement pas lieu. Les tribunes du stade Olympique désertées sonnaient cruellement vides. Une scène surréaliste à laquelle hélas notre championnat nous a habitués ces dernières années. On est devenus incapable de gérer une compétition sans heurts, polémiques ou défiance. Preuve d’une incompétence et une incurie généralisées, l’autorité des institutions footballistiques n’est plus reconnue et de plus en plus contestée. C’est devenue une véritable pétaudière ou chacun essaye d’imposer son point de vue voire sa loi.

Pour revenir à la genèse de cette affaire, tout est parti du report de la moitié des matches de la 4e journée du championnat dans laquelle était programmé le fameux derby, pour permettre soi-disant aux équipes algériennes, engagées dans les joutes africaines, dont l’USMA, de bien préparer leur joute continentale. Une mauvaise idée de la Ligue, probablement dictée sous d’autres cieux, qui s’est retournée contre elle. La LNFP n’avait pas à se montrer magnanime d’autant que ces clubs avaient largement le temps de récupérer de leur  match de championnat avant d’aborder leur rendez-vous africain. aujourd’hui, les Usmistes sont tout à fait dans leur droit d’exiger le report du derby contre le MCA, sachant qu’ils déplorent l’absence de cinq joueurs retenus en sélection militaire sans oublier leur international libyen qui a disputé ce vendredi un match de préparation avec sa sélection contre le Maroc. Il est vrai que la Ligue a demandé une autorisation exceptionnelle de la FAF pour pouvoir programmer des matches en retard durant les dates Fifa (ce qui est interdit par le règlement en temps normal), mais cela ne doit pas se faire au détriment de l’éthique sportive. Une équipe ne peut pas affronter un rival en l’absence de six de ses éléments, combien même ces derniers ne sont pas tous des titulaires à part entière.

Par ailleurs, l’instance militaire, dans un geste de conciliation, aurait pu libérer lesdits joueurs et les mettre à la disposition de leur club pour éviter ce bras de fer qui va envenimer les relations entre la Ligue et l’USMA. Car il faut savoir que cette affaire est loin d’être terminée. Si le club algérois est sanctionné comme le stipule le règlement par match perdu sur tapis vert et une défalcation de trois points, il va sans doute recourir au tribunal arbitral voire à la Fifa comme l’ont annoncé ses dirigeants. On doit s’attendre donc à de nouveaux rebondissements dans les jours à venir. En somme, on n’a pas fini avec la bêtise.

Ali Nezlioui