Le gouvernement compte maintenir la politique sociale de l’Etat

0
326

 

En dépit d’une conjoncture économique difficile, engendrée par une chute drastique des recettes pétrolières, le gouvernement affirme qu’il n’a nullement l’intention de revenir sur la politique sociale de l’Etat, laquelle sera maintenue et préservée. Cette politique sera consolidée par des mécanismes spécifiques de subvention au profit des couches sociales les plus défavorisées.

Dans ce sens, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, avait tenu récemment à rappeler les efforts consentis par l’Etat en vue d’améliorer les conditions de vie des citoyens. Cette orientation a été rappelée par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal qui avait affirmé lors de ses dernières sorties sur le terrain, que la politique sociale de l’Etat sera maintenue, en dépit de la baisse des recettes pétrolières. Tout en reconnaissant que la conjoncture inédite sur le marché pétrolier, marquée par une forte décrue des cours, impose à l’Algérie de prendre les mesures adéquates pour maintenir les principales dispositions contenues dans le prochain programme quinquennal, le Premier ministre s’est montré rassurant en soulignant que l’Etat maintiendra la réalisation des différents projets liés aux secteurs de l’habitat, de la santé, de la formation, de l’éducation, ainsi que les infrastructures de base. Les restrictions budgétaires, selon le Premier ministre, concerneront certains projets, mais l’éducation, la santé, la construction de logements et les crédits alloués aux jeunes seront maintenus, a-t-il affirmé. Pour ce faire, le gouvernement avait adopté une série de mesures pour diversifier l’économie nationale, à travers l’encouragement de la production nationale et la facilitation de l’investissement tant que public que privé, tout en insistant sur l’impératif de réduire la dépendance du pays vis-à-vis des hydrocarbures à travers, notamment, la diversification de l’économie nationale. Revenant, encore une fois, sur la situation économique du pays, le chef de l’Exécutif a rassuré les Algériens que l’Etat n’a nullement l’intention d’appliquer la politique d’austérité. La rationalisation des dépenses, une meilleure maîtrise du commerce extérieur et des flux de capitaux, ainsi que la poursuite du développement socioéconomique du pays, tout en préservant le pouvoir d’achat et poursuivant l’effort social et les programmes dans les domaines de l’emploi, du logement, de la santé et de l’éducation, sont en effet les principaux axes de cette nouvelle orientation du gouvernement. Partant de cette donne, les dépenses de fonctionnement et d’équipement seront réduites sans pour autant toucher aux acquis sociaux et sans freiner la commande publique, levier important de la croissance du pays. Le Premier ministre a assuré, dans ce cadre, que le gouvernement poursuivait la concrétisation de la politique économique de l’Etat, affirmant que les secteurs de l’agriculture et de l’industrie ont évolué de manière substantielle en termes d’investissements, générant, ainsi, un taux de croissance de 3,5% en 2017 pour atteindre 4% en 2018. Sellal a ajouté, dans le même sillage, que le taux d’inflation sera de 4,7% en 2017, pour s’établir autour de 4% en 2018.

Dans le souci d’atteindre ces objectifs de croissance et de développement, le gouvernement continuera, notamment, à contenir l’évolution des engagements budgétaires de l’Etat par le changement des comportements des ordonnateurs au niveau central et local, et d’engager concrètement le passage du budget au marché par la captation de l’épargne des ménages, la dynamisation des circuits du Trésor public et la bancarisation des liquidités de la sphère informelle. Ces mesures s’inscrivent dans une nouvelle vision définie par le gouvernement, au profit de l’économie nationale à travers la maîtrise des dépenses publiques et l’encouragement des investissements. Le président de la République, qui avait exhorté le gouvernement à expliquer davantage à la population la gravité de la conjoncture financière que traverse notre pays comme tous les autres Etats producteurs d’hydrocarbures, avait souligné que «c’est grâce à une parfaite compréhension de la situation que notre peuple adhérera aux efforts nécessaires pour préserver l’indépendance de décision économique du pays, laquelle est indispensable à la poursuite d’une politique conforme à nos valeurs de justice sociale réelle et de solidarité nationale effective». Un tel engagement, explique le chef de l’Etat, est une «option stratégique» de l’Etat, mais son maintien exige un retour en production de biens et de services pour réduire les importations et procurer de nouvelles recettes d’exportations et en création d’emploi.

T.B.