Les Canaris en finale: Toute la Kabylie rêve d’un 6e trophée

0
243

La JS Kabylie, qui s’est qualifiée pour la finale de la Coupe d’Algérie, après sa victoire face au MC Alger, commence d’ores et déjà à rêver d’un 6e trophée. Même si aux yeux des spécialistes en la matière, le maintien constitue l’objectif principal du club phare du Djurdjura, les responsables, les joueurs et les supporters ne veulent rien lâcher.

«Cette coupe semble nous sourire et nous n’allons pas la refuser», lance le premier responsable du club Cherif Mellal. Ce dernier reconnaît que Dame Coupe n’a jamais été par le passé un objectif pour son équipe. Le club phare du Djurdjura qui a remporté 5 coupes en (1977, 1986,1992, 1994 et 2011) en 46 éditions, dont deux fois lors d’un doublé Coupe-Championnat, est bien placé pour accrocher une nouvelle étoile à son palmarès. La JS Kabylie s’est, par contre, inclinée à 5 reprises en finale.

Une belle qualification qui permettra, sans aucun doute, à toute la Kabylie de rêver à renouer avec les consécrations. Le club phare du Djurdjura qui a été réduit à jouer pour le maintien ces dernières années, retrouve au fur et à mesure ses lettres d’or. Cette qualification à la finale va faire beaucoup de bien aux joueurs en vue de la suite du parcours et le maintien qui n’a pas été encore assuré. «Cette victoire deuxième de suite contre le même adversaire, confirme nos bonnes intentions de rien combiner, comme cela été dit avant le match», a indiqué avec énormément d’émotion l’entraîneur des Jaune et Vert, Youcef Bouzidi.

Les joueurs sont unanimes à dire que le match n’était pas facile contre un grand calibre, mais ce qu’il faut retenir c’est la qualification. «Aujourd’hui, nous avons prouvé que la JSK est un club des grands rendez-vous. Elle ne mérite pas tout ce qu’elle a vécu ces dernières années», a indiqué le gardien Malik Asselah. Un avis largement partagé par le meilleur buteur du club, Mehdi Benaldjia, qui confirme que «les grands clubs ne meurent jamais. Maintenant, à nous la Coupe». A présent, les Canaris du Djurdjura doivent remettre les pieds sur terre et penser à leur survie parmi l’élite. Le club qui possède 29 points dans son escarcelle, doit confirmer en championnat. Rien n’indique que les coéquipiers de Djabout vont avoir une mission facile dans les prochains jours. Avec des déplacements périlleux et des matchs à haute facture à domicile, les Canaris doivent rester mobilisés jusqu’au bout.

Avec cinq matchs sans la moindre défaite, le premier responsable à la barre technique des Jaune et Vert, Youcef Bouzidi s’est montré très optimiste quant au maintien de son équipe. Conscients des difficultés dans lesquelles se trouvent leur équipe cette saison, les supporters kabyles se sont mobilisés pour soutenir leur équipe en cette période cruciale de la saison. Par ailleurs, le Chabab de Belouizdad constitue la prochaine cible des coéquipiers de Nacim Yettou. Un match qui rentre dans le cadre de la 25e journée de championnat, prévu le week-end prochain au stade du 20-Août. Euphoriques après ces résultats positifs sous la houlette de l’entraîneur Bouzidi, les joueurs sont déterminés à maintenir cette bonne dynamique. Le club phare du Djurdjura, selon ses responsables, possède les armes nécessaires pour s’éloigner du danger.

USMBA-JSK en souvenir de 1991

La JS Kabylie et l’USM Bel-Abbès se sont qualifiées pour la finale de la Coupe d’Algérie de l’édition 2017-2018 de football aux dépens respectivement du MC Alger et du CR Zaouïa, un remake de la finale de 1991 remportée par le club de la Mekerra (2-0). C’est la JSK qui a arraché le premier billet de sa 11e finale, en battant, vendredi, au stade Hamlaoui de Constantine le MC Alger (0-0, 5-4 aux TAB) après prolongations, grâce au tir victorieux de Benaldjia dans les bois du gardien Chaal, le remplaçant du titulaire Faouzi Chaouchi, expulsé lors du match du championnat face à la même JSK victorieuse (3-1) à Tizi-Ouzou. Benaldjia a exploité, lors de la 2e série de tirs au but, l’essai raté du jeune Mouloudéen Ammachi, lequel a expédié son tir dans le décor.

Il faut reconnaître que les gardiens Asla et ChaaI ont passé un aprèsmidi paisible en l’absence de véritables occasions de but tout au long des 120 minutes, vu que les deux équipes voulaient visiblement aller à cette fatidique séance des tab. Les deux grosses cylindrées du football algérien sont restées fidèles à leurs traditions en terminant pour la 5e fois, ce 6e face-à-face, sur un score nul. Après ce match, le Doyen mène par 4 victoires à 2. Le club kabyle avait joué et gagné sa 1re finale lors de l’édition 1976- 1977 devant le NA Hussein Dey (2-1), en étoffant par la suite son prestigieux palmarès par quatre autres trophées (1986, 1992, 1994 et 2012), mais en échouant par contre à cinq reprises en finale des éditions de 1979 (devant le NAHD 1-2), de 1991 (USMBA), de 2004 (USMA) et de 2014 (MCA). La JSK animera donc sa 11e finale, dans deux semaines (1er mai), au stade 5-Juillet (Alger) devant l’USM Bel-Abbès qu’elle avait affronté en 1991 dans leur 2e rendez-vous dans cette épreuve, dans l’espoir de décrocher un 6e trophée, après celui obtenu devant l’USM El-Harrach (1-0) en 2011.

La formation belabbesienne, ravie d’affronter en demi-finale le cendrillon de l’épreuve, le CR Zaouïa (Régionale de Blida), n’a pas manqué l’occasion de le battre (dans la douleur), car le but de la victoire n’a été inscrit qu’à la 92e minute par Tabti. Il faut tout de même saluer la grande performance du club de la Régionale qui a opposé une résistance héroïque devant le ténor de la Ligue 1, avant de tomber avec les honneurs, au moment où les deux équipes s’acheminaient tout droit vers les prolongations. Les protégés du coach Si Tahar Chérif El Ouzzani animeront donc leur 2e finale de leur histoire, après celle de 1991 (soit 27 ans de disette), qu’ils avaient décrochée le 3 mai 1991 au stade 5-Juillet devant leur futur adversaire… la JSK, sur un doublé de Tlemçani (6e ) et Louahla (51e ). Le club de la Mekerra, drivé à l’époque par l’enfant du club, l’ancien international Djillali Abdi, s’était imposé face au Polonais Stéfan Ziwotko qui drivait une équipe au sein de laquelle évoluait quelques grands noms du football algérien, dont Hamid Sadmi, Moussa Saïb et Hakim Meddane, pour ne citer que ceux-là. Le rendez-vous du 1er mai 2018 sera donc une opportunité de revanche pour la JSK après l’échec de 1991 ou de la confirmation pour l’USMBA.