Les décisions de l’Opep ont fait flamber les cours de l’or noir : L’effet produit par l’accord historique d’Alger a été foudroyant

0
823

Les cours de l’or noir ont instantanément bondi pour atteindre, jeudi, leur plus haut niveau (plus de 54 dollars) depuis 16 mois avant de demander à souffler, hier. La fièvre est retombée sans que le baril ne descende de son nuage.

L’effet que devait produire la consécration de l’accord historique d’Alger (le 30 Novembre à Vienne) scellé le 28 septembre en marge du 15e Forum international de l’énergie a été foudroyant. Il a sans doute dépassé toutes les espérances. «Si un accord était trouvé à Vienne (le 30 Novembre), le prix du baril pourrait remonter à 60 dollars d’ici la fin de l’année contre moins de 50 actuellement», avait pronostiqué le ministre algérien de l’Energie Nourredine Bouterfa au moment où les tractations étaient à leur comble pour parvenir à un accord qui déboucherait sur une baisse de l’offre de l’Opep qui produirait un électrochoc sur le marché. La cible peut être atteinte dans quelques jours. Avant terme. Le réveil a été fulgurant. Les cours de l’or noir ont instantanément bondi pour atteindre, jeudi, leur plus haut niveau (plus de 54 dollars) depuis 16 mois avant de demander à souffler, hier. Vers 12h30 heure algérienne, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février affichait 52,89 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, enregistrant une baisse de 1,05 dollar par rapport à la clôture de jeudi. Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour le contrat de janvier se négociait à 50,23 dollars et se repliait de 83 cents. La mission est cependant loin d’être accomplie puisqu’il reste à faire entrer en vigueur les dispositions annoncées mercredi dernier depuis l’accord «autrichien» et surtout y rallier les pays non Opep qui devront participer à l’effort de réduction de l’offre mondiale pour éponger de manière définitive le surplus d’or noir qui noie le marché qui rend erratique les prix du brut. La Russie a déjà donné l’exemple. Elle a décidé de baisser sa production de 300 000 barils par jour. Le ministre russe de l’Energie a appelé jeudi l’ensemble des compagnies pétrolières russes à participer à égalité à la baisse de production qu’entend appliquer son pays.

«La Russie va réduire étape par étape sa production de pétrole de 300 000 barils par jour dans le premier semestre 2017», a indiqué Alexandre Novak, cité par l’agence de presse publique russe Ria Novosti. Cela suffira-t-il pour gommer les traditionnelles incertitudes qui ont déstabilisé le marché ? Cela semble être le cas dans l’immédiat.