Les pharmaciens d’officine d’Alger appelés au respect des lois fixant les horaires de garde de nuit

0
1741

Le Conseil national de l’ordre des pharmaciens, le Syndicat national algérien des pharmaciens d’officine (SNAPO) et la Direction de la Santé et de la Population de la wilaya d’Alger ont appelé les pharmaciens d’officine au respect des lois en vigueur fixant les horaires de garde pour les officines de pharmacie.

A cet effet, le président du Conseil national de l’ordre des pharmaciens, Lotfi Benbahmad a appelé, lors d’une journée de sensibilisation, les officines de pharmacie de la wilaya d’Alger, au nombre de 924, à se conformer à l’arrêté du 20 août 2014, fixant les modalités d’organisation de la garde au niveau des officines de pharmacie (garde de nuit, week-end et jours fériés), mettant en garde contre «l’application de sanctions à l’encontre des contrevenants». Dans ce contexte, il a mis l’accent sur la nécessité de considérer cette profession qui fournit un service public et de préciser l’adresse et le nom des officines de pharmacie de garde pour permettre aux citoyens de s’y rendre afin d’acquérir leurs médicaments. Une fois la cartographie nationale des pharmaciens élaborée, Benbahmad a dit que la tutelle comptait lancer un nouveau service, en collaboration avec le Conseil national de l’ordre des pharmaciens et le SNAPO, permettant d’indiquer au citoyen, par système GPS (système de positionnement par satellite), les officines de pharmacie de garde et assurer davantage de proximité entre celui-ci et le pharmacien.

Le président du SNAPO, Messaoud Belambri a affirmé, pour sa part, que le pharmacien d’officine de garde doit fournir les médicaments nécessaires aux patients la nuit, après la fermeture des établissements de santé, conformément à l’éthique et à la déontologie professionnelles et à loi. Le directeur de la santé de la wilaya d’Alger, Mohamed Miraoui a dit que plusieurs «dysfonctionnements» avaient été relevés par sa direction, à l’issue de réunions et d’opérations d’inspection et de contrôle effectuées, lors des gardes de nuit au niveau des officines de pharmacie, qualifiant cette situation d’anarchique. La direction «a assuré plusieurs mesures de facilitation à l’instar de la prolongation des heures de travail jusqu’à 20h30m, afin de permettre aux citoyens d’acheter leurs médicaments, a ajouté le même responsable, insistant sur la sécurisation des pharmacies lors des gardes de nuit. L’arrêté du 20 août 2014 fixant les modalités d’organisation de la garde au niveau des officines de pharmacie, fixe la garde de nuit aux pharmacies privées, à une fois par mois au niveau de chaque circonscription administrative. En cas d’empêchement, le pharmacien en question peut adresser une correspondance à la Direction de la santé et au Conseil national de l’ordre des pharmaciens en vue de son remplacement.