Les Verts n’ont pas raté leur rentrée

0
53
Match amical Algérie vs Bénin 1 - 0 Ph :Fateh Guidoum / PPAgency

 Retour réussi pour la sélection nationale vainqueur lundi de son homologue du Bénin sur le score de 1 à 0.Au-delà du score, c’est la manière dont ont été accueillis les héros de la campagne égyptienne qui fait plaisir, surtout dans un stade ô combien difficile à conquérir.

Pour une fois, le stade du 5-Juillet bien garni pour la circonstance, chantait à l’unisson de bout en bout, la gloire des Verts. Ce qui tranche considérablement avec leur dernière  sortie dans cette même enceinte soldée par une humiliante défaite contre le Cap-Vert (2 – 3). C’était une autre époque oserions-nous dire, même si la rencontre s’est déroulée il y a un peu plus d’une année seulement. C’était l’époque de la gabegie et du bricolage incarnée par l’ex-sélectionneur Rabah Madjer qui en dépit de son glorieux passé comme footballeur de haut niveau que personne ne conteste, n’a jamais réussi sa conversion en tant que technicien. Chose qu’il n’a jamais voulu admettre et qui s’est répercutée indubitablement sur le rendement et les résultats de l’équipe nationale.Comme dans le football les choses évoluent assez vite, dans un sens comme dans l’autre, aujourd’hui une nouvelle dynamique s’est installée chez les Verts caractérisée par une confiance inébranlable et une joie de jouer que l’on croyait à jamais perdue. La métamorphose est spectaculaire, presque miraculeuse, comme seul le sport peut produire de temps à autre. D’un faire-valoir, le statut de l’équipe nationale est passé dans une autre classe, celle des plus enviés. La haie d’honneur organisé spontanément par les joueurs du Bénin à leurs homologues algériens témoigne du respect et de la reconnaissance pour une équipe qui a su forcer l’admiration. A présent Riyad Mahrez et ses camarades jouent dans la cour des grands et personne ne peut leur contester leur place. Le public venu nombreux, saluer ses champions ne s’y trompe pas. Il sait apprécier les exploits à leur juste valeur. Mais encore plus les efforts et les sacrifices consentis pour les réaliser, même si tout le monde est conscient  du chemin qui reste à parcourir. Mais l’EN est sur la bonne voie. Une voie toute tracée pour atteindre d’autres objectifs plus grandioses. Avec le même groupe ? Probablement. En tout cas, le coach national ne compte pas changer une équipe qui gagne, comme il l’a déclaré après le match contre le Bénin. «Concernant l’effectif, je dirai que mon onze-type est pratiquement le même à chaque fois, car il me donne satisfaction. A partir du moment où un joueur fait le job, je ne vois d’utilité de le changer », dira-t-il. Difficile dès lors de prétendre à l’avenir à une place au sein de la sélection, si tu n’en fais pas déjà partie. Il est vrai que le groupe dont il dispose actuellement donne entière satisfaction. Il reste certes des améliorations à apporter dans certains secteurs, notamment l’efficacité devant les buts, mais dans l’ensemble l’équipe est bien huilée. « Nous sommes toujours aussi solides derrière, le ballon circule bien et nous parvenons à nous procurer un grand nombre d’occasions. Donc, ce qui nous manque, c’est un peu plus d’efficacité devant », analyse-t-il. Il faudra aussi que tout le monde se mette au diapason, car lundi comme tout le monde à pu le constater, les joueurs de l’équipe nationale en premiers, l’état de la pelouse laissait beaucoup à désirer. Belmadi a déploré ce problème récurrent quand on parle du stade du 5-Juillet. « Je souhaite que la pelouse du stade 5-Juillet s’améliore, car d’importantes échéances internationales se profilent à l’horizon et c’est là que nous espérons jouer. C’est un grand stade et l’apport du 12e homme peut-être un atout supplémentaire pour nous », précise le coach. Il y a lieu de signaler aussi le manque de tact des responsables de l’OCO qui n’ont pas trouvé mieux que d’offrir des chaises en plastique en guise de banc de remplaçants pour les joueurs. C’est indigne d’une équipe championne d’Afrique.

Ali Nezlioui