Libération provisoire pour Adlène Mellah en attendant son procès le 7  février prochain

0
674

Le tribunal correctionnel de Sidi M’hamed à  Alger a prononcé jeudi la remise en liberté provisoire du journaliste et  directeur du site électronique « Dzair Presse », Adlène Mellah avec  ajournement de son procès au 7 février 2019.

  Le journaliste Adlène Mellah était en détention provisoire depuis le 26  octobre dernier pour les chefs d’accusation de « menace et chantage de  divulgation d’informations attentatoires pour l’obtention de fonds,  atteinte à la vie privée et transmission de communications téléphoniques et  de discussions privées et confidentielles ainsi que des enregistrements et  des photos pris en lieux privés, gardés et mis à la portée du public sans  autorisation ni consentement du concerné ». Mettant en avant l’article 50 de la Constitution qui stipule que « le délit  de presse ne peut être sanctionné par une peine privative de liberté », le  collectif de défense, composé d’une vingtaine avocats, à leur tête maîtres  Benissad Noureddine, Ben Yekhlef Cherif, Brahmi Hassen, Fatima Zohra  Benbraham, a évoqué la détérioration de l’état de santé de leur client qui  souffre d’asthme et de pathologie cardiaque nécessitant son  hospitalisation, outre l’absence de témoins dans le dossier. La défense a assuré également que le journaliste présente toutes les  garanties de sa comparution devant le tribunal le jour du procès, le 7  février prochain.