Ligue 1: La reprise du championnat en question

0
251

Des championnats annulés, d’autres décidés à reprendre coûte que coûte la compétition.A l’image de la lutte contre l’épidémie du coronavirus, rien n’est vraiment clair quant à la suite et la fin de la saison.

Les Néerlandais en mettant définitivement un terme à leur championnat en l’annulant tout simplement, ont ouvert une brèche à travers laquelle d’autres pays pourraient s’y engouffrer.

De l’autre côté, il y a les «gros» championnats qui ne veulent pas entendre parler d’annulation et s’apprêtent à reprendre les affaires dès que la situation le permette. Ils mettent la pression pour que ce soit le plut tôt possible. Car les enjeux financiers sont grands, ils ne peuvent pas se permettre d’effacer une saison comme si de rien n’était. Certains de leurs dirigeants n’hésitent pas à monter au créneau et menacer ceux qui voudront faire de la résistance. «Les clubs qui refuseront de jouer lorsque les autorités en donneront l’autorisation, seront sanctionnés d’un match perdu», a lancé récemment le truculent président espagnol de la Liga, Javier Tabas. En France, en Angleterre et même en Italie, ce n’est qu’une question de temps. leurs dirigeants étudient actuellement la meilleure formule pour une relance rapide et sans grand risque. Cependant le président de la Fifa, Gianni Infantino, a rappelé dernièrement à tout le monde la nécessité de préserver la sécurité avant toute considération sportive ou mercantile. «Ce n’est pas la peine de mettre en danger la vie humaine pour un match, une compétition ou une ligue. Tout le monde devrait avoir cela bien en tête. Il serait irresponsable de relancer les compétitions si la situation n’est pas sécurisée à 100%. Si vous devez attendre un peu plus longtemps, nous devons le faire. Il vaut mieux attendre un peu plus que de prendre des risques», a-t-il averti. Il est vrai que le débat de la reprise ou pas n’est pas totalement tranché chez les acteurs de la balle ronde. Les joueurs surtout, craignant pour leur santé, pencheraient de plus en plus vers la seconde hypothèse. Chez nous, le problème se poserait sous une autre forme, mais le fond est le même. Ce sont les techniciens qui se demandent sur l’impertinence d’une relance dans les conditions défavorables actuelles. Nabil Neghiz, le coach du MCA en parle dans sa dernière sortie médiatique. «Les choses se compliquent davantage et deviennent difficiles, il y a plusieurs interrogations. Mais, nous avons de l’espoir pour qu’on nous fixe une date pour la reprise, ça va nous permettre de se préparer dans les meilleures conditions selon un programme précis», a-t-il confié. Tout en estimant par ailleurs qu’il faut «pas moins de quatre semaines de préparation pour pouvoir retrouver le rythme». Les équipes bénéficieront-elles d’assez temps pour se préparer de nouveau ? Rien n’est moins sûr. D’autant que la situation urge, sachant qu’il faudra terminer la saison dans un délai raisonnable pour ne pas chevaucher sur la nouvelle. Il y aura probablement embouteillage au niveau la programmation. C’est pour cette raison que certains se demandent s’il ne serait pas plus sage de décréter la saison blanche. Pour le moment, la FAF et la LNF n’envisagent pas cette éventualité. Mais rien ne dit qu’elles ne l’adopteront pas dans un proche avenir. Surtout si les autorités du pays prolongent la période de confinement.

Ali Nezlioui