Ligue 1 Mobilis : JS Kabylie –  L’année de la renaissance ?

0
54

Onze matches sans défaite. La JSK est la seule équipe du championnat de la Ligue 1 encore invaincue. Un exploit inattendu pour une équipe qui a longtemps végété dans le bas du classement ces dernières saisons. Est-ce à dire que la JSK renait de ses cendres ? Tout porte à le croire.

Une nouvelle équipe dirigeante, de jeunes joueurs, le retour des sponsors et surtout des supporters, à croire que tout le monde attendait le départ de l’ancien président pour relancer la machine kabyle. Le long règne de Hannachi  a fini par scléroser le club qui ne vivait plus que par son passé. Abandonné par ses enfants, la JSK est rentrée dans le rang, perdant au fil des années tout son glorieux héritage. Le changement était alors nécessaire pour secouer le cocotier, alors que certains pensaient que Hannachi n’allait pas lâcher prise. Mais personne n’est éternel. Vraisemblablement, des parraineurs comme Cevital, Soummam et autres Cosider n’attendaient que sa mise à l’écart pour revenir au club. Cherif Mellal et ses collaborateurs peuvent compter sur des soutiens financiers conséquents pour pouvoir travailler. L’essentiel maintenant est de ne pas aller vite en besogne. Car il ne faudra pas penser que la reconstruction du club se fera du jour au lendemain. L’excellent parcours de l’équipe réalisé jusqu’à présent peut être trompeur. Le risque qui guette l’équipe à présent est de tomber dans l’euphorie et croire que la JSK va de nouveau régner sur le championnat, voire sur l’Afrique. On entend déjà des dirigeants parler de coupe d’Afrique, alors qu’il y a quelques mois, le club se battait pour ne pas descendre  en Ligue 2. Certes, en football tout va très vite, mais il ne faut pas crier victoire trop vite. Après de longues années de traversée du désert, la JSK a tout intérêt à garder les pieds sur terre et laisser les dirigeants et le staff technique travailler pour un projet à moyen terme. Il ne faut pas exiger des résultats immédiats. Mais les supporters sauront-ils se montrer patients ? C’est aux responsables justement de modérer leur ardeur en évitant de parler prématurément de titre et de qualification en coupe d’Afrique.« Tout vient à point à qui sait attendre ». Car l’une des grandes vertus du sport en général et le football en particulier et qu’on a tendance à oublier, est la patience. La JSK semble en bon chemin pour son redressement. Les dirigeants ont eu le nez creux en allant chercher Franck Dumas qui est en train de faire de l’excellent travail au niveau de la barre technique. Il a réussi en un laps de temps très court à constituer un groupe solide, homogène et équilibré, où la discipline n’est pas un vain mot. De l’avis de tous les observateurs, sa touche y est pour beaucoup dans le retour de la JSK au premier plan. Avec de jeunes joueurs, dont certains sont issus des jeunes catégories du club, il est parvenu à mettre en place une équipe performante et les résultats sont là pour le prouver. Cela dit, il reste beaucoup à faire. Maintenant que la JSK sera attendue, l’on saura la capacité de ses joueurs et de son staff à résister à la pression. Dans deux semaines, d’ailleurs, elle aura un sérieux test face à l’USMA à Bologhine. Certains en salivent déjà. Verra-t-on la rivalité USMA – JSK relancer de nouveau au sommet du football national ? Une chose est sûre, la JSK est sortie de sa léthargie qui a duré des années. Comme quoi, les grands clubs ne meurent jamais.

Ali Nezlioui