Ligue 1 Mobilis-Mercato d’hiver: Un marché qui peine à s’emballer, MCA et JSK  l’exception

0
344

La période des transferts d’hiver en Ligue 1  Mobilis de football peine à atteindre sa vitesse de croisière, dans un  marché dépourvu d’oiseaux rares et où seuls le MC Alger et la JS Kabylie  font  exception avec deux recrues chacun.

Déclaré officiellement ouvert le 16 décembre pour prendre fin le 15  janvier, le mercato hivernal n’a pas été mouvementé jusqu’à maintenant,  contrairement aux précédentes saisons, relèvent les observateurs. En effet, la majorité des clubs peinent à faire signer de nouveaux  éléments à l’image de l’ES Sétif, du CR Belouizdad ou encore du MC Oran,  alors que d’autres formations à l’instar du MCA et de la JSK sont  considérées comme les plus actives. Le MCA est allé faire son marché du côté de l’Ouest du pays, en engageant  les services de l’attaquant du MCO Mohamed-Amine Souibaâh et du milieu  offensif du RC Relizane Oussama Tebbi. Les deux éléments ont signé un  contrat de 18 mois. La JSK, qui aspire à retrouver son lustre d’antan, a préféré faire ses  emplettes à Alger, privilégiant l’option de prêt. C’est ainsi que les  milieux offensifs Ziri Hammar (USM Alger) et Lyes Benyoucef (Paradou AC)  ont signé respectivement un contrat de prêt de 6 et 18 mois. La JSK est également sur les traces du défenseur international Essaïd  Belkalem et de l’attaquant de l’USM El-Harrach Hamza Banouh. L’ES Sétif, champion sortant, s’est contenté jusque-là de prolonger le  contrat de son stratège Abdelmoumen Djabou pour une durée de 18 mois, après  que le joueur a réalisé une première partie de saison pleine qui lui a valu  de retrouver les rangs de l’équipe nationale sous la conduite du  sélectionneur Rabah Madjer.  Le président de l’Entente, Hacene Hamar compte renforcer son effectif par  de nouveaux joueurs, selon les besoins définis par le nouvel entraîneur  Abdelhak Benchikha, qui vient de retrouver le championnat algérien après 6  ans d’absence. Le CS Constantine, détenteur du titre honorifique de champion d’automne, a  frappé un bon coup en s’attachant les services du défenseur international  Mokhtar Belkhiter en provenance du Club Africain (Tunisie). Le CSC suit  avec attention aussi l’attaquant libyen Mohamed El Ghanodi. Du côté de l’USM Alger, la direction a préféré récupérer deux anciens  joueurs, en l’occurrence les milieux offensifs Walid Ardji et Rafik  Bouderbal. Ardji (22 ans) revient à l’USMA après avoir évolué au NA Husseïn-Dey sous  forme de prêt pendant 18 mois, alors que Bouderbal (30 ans), qui semblait  avoir quitté le club définitivement il y a un an en rentrant en France,  effectue un retour inattendu, puisque celui qui avait paraphé un contrat de  trois ans avec l’USMA en juillet 2016 est resté inactif pendant 12 mois. Le calme qui caractérise le mercato d’hiver en Algérie intervient au  moment où la Fédération algérienne de football (FAF) a décidé, lors de la  dernière réunion de son Bureau fédéral, de porter à quatre, au lieu de  trois, le nombre de joueurs que chaque club peut engager lors du mercato  hivernal. D’aucuns s’interrogent sur l’utilité de cette décision alors que  les clubs éprouvent des difficultés énormes sur le plan financier. L’interdiction de recrutement qui plane sur la majorité des clubs de  l’élite reste l’une des causes principales d’un mercato peu emballé, alors  que les plus nantis continuent de débourser de l’argent pour des joueurs dont le niveau reste discutable. A titre d’exemple d’ailleurs, l’entraîneur de l’USM Bel-Abbès, Si Tahar  Cherif El Ouezzani, a rencontré son  nouveau président Adda Boudjellal Tayeb, à l’issue du match de coupe  d’Algérie face au HB Chelghoum Laïd vendredi pour l’exhorter à agir  rapidement afin de lever l’interdiction de recrutement dont fait l’objet  son équipe, à l’instar de 15 autres formations des deux premiers paliers. A la veille du début de la saison footballistique 2017-2018, 12 clubs sur  les 16 composant la Ligue 1 ont été interdits de recrutement et traduits  devant la Commission de discipline de la Ligue de football professionnel  (LFP) pour dettes impayées envers joueurs et entraîneurs. Certains d’entre  eux ont pu régler une partie de leurs dettes, ce qui leur avait permis  d’engager de nouveaux joueurs.